0





Le président de la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC), et membre de la coalition Lamuka, Jean Pierre Lisanga Bonganga invite les députés de l'Union sacrée à participer gratuitement à la session extraordinaire afin de permettre que les 12 millions affectés à l'organisation de cette dernière  puissent être utilisés dans la lutte contre la Covid-19.

" Tout en comprenant les raisons qui militent en faveur de la convocation de la session en question question, la DYSOC dénonce le montant anormalement exorbitant de 12 millions de dollars américains alloués à la tenue de cette session. D’autre part, comme l’Union sacrée a été initiée pour, semble-t-il, privilégier, au-delà de toute autre considération, l’intérêt suprême du Peuple, les Députés membres de l’Union sacrée seraient mieux inspirés de plaider pour leur participation bénévole à cette session extraordinaire et exiger que les 12 millions de dollars américains arrêtés pour financer la session extraordinaire soient plutôt consacrés, dans l’intérêt suprême du Peuple, à la gestion de la crise sanitaire de la pandémie de la COVID-19" peut-on lire dans la déclaration de la DYSOC, dont une copie est parvenu à ACTUALITE.CD

Et de poursuivre : 

" Si d’aventure on maintenait le montant de 12 millions de dollars américains, pour soi-disant financer la fameuse session extraordinaire du Parlement, cela administrerait la preuve que l’Union sacrée n’est qu’un conglomérat de personnes à la recherche d’enrichissement illicite"

La demande de 12 millions USD faite par le Bureau d'âge  de l'Assemblée nationale au Gouvernement pour l'organisation de la session extraordinaire en cours a suscité l'indignation des organisations de la société civile ainsi que de certains élus qui jugent le montant "exorbitant". 

De son côté, le Bureau d'âge se défend en insistant que la somme de 12 millions USD est conforme à la loi.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top