0






C’est depuis samedi dernier que le Parquet près la Cour de répression contre les crimes internationaux de Paris (France) a placé en détention provisoire le Congolais Roger Lumbala Tshitenga. L'ancien chef de guerre du RCD/National -1998-2003- est poursuivi pour commission de crimes internationaux: complicité de crimes contre l’humanité, pillage... Des faits commis par ses combattants du RCD/N en Ituri en 2002.

En détention préventive à la prison de la Santé à Paris, Lumbala Tshitenga, unique chef hiérarchique des troupes du RCD/N, est appelé à répondre de leurs actes, devant la Justice internationale. C'est dans ce cadre qu'il est en train de comparaitre à Paris sur base juridique de la loi sur la compétence internationale.

De ce fait, la Cour est compétente pour connaître les crimes de masse commis en Ituri, par les hommes du RCD/N de Roger Lumbala Tshitenga.

Pour réunir les faits, le Parquet s’est appuyé sur le rapport « Mapping de l’ONU», publié en 2010.

Ce rapport, dont la décennie a été commémorée l'année dernière, a mis à nu les affres de nombre de seigneurs de guerre. Partant, le RCD/N Roger Lumbala Tshitenga, 62 ans, est dans de sales draps.

GRIEFS A LA CHARGE DE ROGER LUMBALA

On ne voit pas comment il va sortir de ce sale pétrin dès lors que le Parquet aligne des preuves inattaquables à sa charge. Rien que dans « crimes contre l’humanité », il y a crimes de guerre, massacres des populations, persécution et tortures, viols de masse et viol utilisé comme arme de guerre. Quant au pillage, il se rapporte aux ressources naturelles du pays et aussi aux biens privés des populations civiles.

Tout le monde a encore présent à l’esprit que l’ « Armée » du RDC/N de Roger Lumbala Tshitenga a commis de pires atrocités lorsqu’elle occupait l’Ituri, dans l’ancienne Province orientale. On avait même parlé de cannibalisme, d'anthropophagie (consommation de la chair humaine), ce qui équivaut au pic inatteignable dans la hiérarchie de crimes de masse commis par les seigneurs de guerre au cours de notre temps.

LA REQUETE DE DR MUKWEGE

A New York, dans le Palais de verre, l’ONU a salué cette arrestation de Roger Lumbala Tshitenga en France. Pour les Nations Unies, il s’agit d’un signal fort à l’égard des autres seigneurs de guerre qui ont le sang entre les mains et qui doivent en répondre.

Il appert clairement que n’eût été le «Rapport Mapping de l’ONU, le Parquet près la Cour pour la répression du terrorisme de Paris n’aurait jamais réuni les faits pour poursuivre le chef du RCD/N Roger Lumbala Tshitenga, vingt ans après la commission des faits.

On comprend dès lors pourquoi le Prix Nobel de la Paix, Dr Denis Mukwege, mène campagne tout azimuts pour l’application de ce rapport Mapping de l’ONU, qui a même prévu la création d’un Tribunal pénal international (TPI) pour la RDC.

Pourquoi ? Car, la CPI, avec le Statut de Rome qui la crée, ne poursuit que des faits commis après sa création en 2002 et non avant. Alors que le « Mapping » documente de 1993 à 2003. D’où il n’y a qu’un TPI qui peut connaître les faits commis de 1993 à 2003. On sait qu’en ce qui concerne l’application du Rapport Mapping de l’ONU, c’est le Rwanda qui a amplement mis en cause qui se bat becs et ongles pour empêcher la création d’un TPI en RDC. Kigali est inexplicablement suivi par certains Congolais inconscients. 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top