0
Liens commerciaux

Quelques jours seulement après la visite du président Joseph Kabila dans l’Est de la RDC, au moins 35 civils ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche à Beni, théâtre de massacres depuis 2014, remettant en jeu la crédibilité du président congolais.



De présumés rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) ont tué « une trentaine de personnes. On vient de retrouver leurs corps » dans le quartier de Rwangoma, à la périphérie de Beni, a déclaré à l’AFP le lieutenant Mak Hazukay, porte-parole de l’armée. « La recherche de corps continue », a-t-il ajouté. Rebelles musulmans ougandais opposés au président ougandais Yoweri Museveni, les ADF sont présents dans l’est de la RDC depuis 1995.

Cette attaque a eu lieu 72 heures après une visite du président congolais, Joseph Kabila, dans la région où il a promis de tout mettre en œuvre pour « imposer » la paix et la sécurité.
13918435_1236456346378241_949493629_o
On pouvait espérer que les responsables politiques prendraient alors la mesure des ambiguïtés de l’armée congolaise et réagiraient rapidement. Hélas, rien n’a été fait. Idem pour la Monusco. La mission de l’ONU au Congo est bien présente sur la zone, mais elle ne se limite le plus souvent que par une protection « statique », depuis des bases dont les troupes ne sortent que pour des patrouilles « limitées ».

Les pays contributeurs à la mission des casques donnent des consignes pour que ses troupes ne s’engagent pas dans « des opérations risquées. » La complexité de la structure des groupes armés, leurs accointances avec certains officiers de l’armée régulière et leurs ralliements avec d’autres groupes en fonction des circonstances, feront de cette région une poudrière inextricable tant que l’autorité de l’Etat ne sera pas rétablie. Le président congolais y joue sa crédibilité à quelques mois de la fin de son dernier mandat, qui s’achève en décembre 2016.
CpqaNj4WIAA1KnzLa ville et le territoire de Beni ont été endeuillés depuis octobre 2014 par une série de tueries ayant coûté la vie à plus de 600 civils. Le gouvernement congolais et la Monusco, la mission onusienne de maintien de la paix, accusent les ADF d’être responsables de ces massacres.

Cette version a été remise en cause par un récent rapport du Groupe d’étude sur le Congo de l’Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces massacres, mais au côté d’autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l’armée régulière.
Avec AFP et Afrikarabia.com
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top