Liens commerciaux

0


A l’issue de l’audience qu’il a accordée ce lundi 5 décembre à la délégation de la CENCO conduite par son président l’archevêque de Kisangani Marcel Utembi, le président en a profité pour demander aux parties et organisations qui prônent la violence de lancer un appel à l’apaisement. Il l’a dit via un communiqué signé par son directeur de cabinet Néhémie Mwilanya. Cet appel présidentiel s’adresse principalement aux non-signataires de l’Accord politique du 18 octobre que sont le Rassemblement et le FRC ( Front pour le respect de la Constitution initiée par le MLC).

En effet, les deux plateformes politiques et les mouvements d’éveil civique que sont notamment Filimbi et Lucha, font prévaloir l’application de l’article 64 dans son alinéa 1 qui dispose qu’il faut faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui exercent le pouvoir en violation de la Constitution. Or le mandat présidentiel s’achève définitivement le 19 décembre sans que les élections ne soient organisées. La crise de légitimité est bien réelle. La communauté internationale, qui redoute le pire, appelle la classe politique à la modération pour aboutir à un large consensus politique.
Kabila vient de prolonger la mission de bons offices de la CENCO. Un signe d’apaisement? Un signe à plus d’ouverture de sa part? Wait and see!

(Ci-dessous le communiqué de la présidence)



LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top