Liens commerciaux

0
Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya dresse un tableau sombre de la situation de la RDC. Dans son homélie qui sera prononcée ce samedi 15 avril 2017 à la messe de Pâques dont ACTUALITE.CD s’est procurée en exclusivité une copie, l’archevêque de Kinshasa cependant appelle le peuple à ne pas se laisser envahir par le fanatisme.

« Peuple congolais, nous nous sentons comme si nous étions un grain jeté en terre ; nous sommes ignorés, bafoués, piétinés. Nous vivons dans le pays un temps de confusion, d’obscurité, de désespoir. Mais nous savons qu’au plus profond de la nuit, l’aurore pointe déjà à l’horizon. Nous ne pouvons pas nous laisser envahir par le fatalisme. »
Il place Jésus-Christ au centre de l’histoire de la RDC.

« Nous avons l’assurance que le Christ ressuscité nous appelle à ressusciter avec lui. Le pays aussi doit ressusciter, c.-à-d. quitter le vieil homme et revêtir l’homme nouveau. Le Christ est avec nous avec son pouvoir, son pouvoir d’amour, il subit avec nous les situations d’injustice, de confusion, d’incertitude. Non pas pour y rester, mais pour nous en libérer. C’est lui le maître de notre histoire. Cette histoire nous la façonnons avec lui pour créer une société de vie meilleure, une société de vie digne de notre foi de ressuscité. »
Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya appelle à une nouvelle solidarité.

« En même temps, éveillons une nouvelle solidarité entre nous, soutenons-nous dans notre marche. Luttons pour une nouvelle société avec les armes de la vérité, de la justice, sans mensonge ni hypocrisie. Vivons en enfants de lumière. Donnons-nous la main pour que notre espérance soit une étoile qui nous guide vers le chemin du Ciel. »
Il y a deux mois, le Cardinal avait souhaité que le nouveau Premier ministre soit rapidement désigné afin de faire baisser la tension remarquée notamment ce là weekend avec l’attaque de la Paroisse Saint Dominique de Limete.

» Nous invitons instamment les uns et les autres à faire preuve de sagesse, de retenue, d’esprit démocratique pour résoudre la question relative à la désignation du Premier ministre et aux autres questions connexes, en vue de décanter la crise qui ne fait que durer et risque de mettre en péril la tenue des élections prévues à la fin de cette année selon les accords de la Saint Sylvestre dont le peuple congolais attend urgemment l’application, » avait dit l’Archevêque de Kinshasa dans un message ce dimanche 19 février 2017. »
L’église catholique a été la cible au début de l’année des attaques pendant que le Dialogue sous la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) piétinait.

Dans le Kasai central, une partie du Grand Séminaire de Malole avait été incendiée par des inciviques samedi 18 février. Le 19 février 2017, la paroisse Saint-Dominique de Limete à Kinshasa avait été saccagée par une vingtaine de jeunes. Le même jour, la communauté des Pères Oblats à la 10ème rue résidentielle, dans la même commune, n’avait pas été épargnée.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top