Liens commerciaux

0
* Pour le Secrétaire général, sa formation politique est déterminée à jouer un rôle de tout premier plan au pays. Plus rien ne sera comme avant. L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) va travailler désormais à conquérir et exercer le pouvoir. Cette déclaration est du Secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund A Kabund, qui répondait hier à la base de Kinshasa, à l’occasion de la commémoration du 36ème anniversaire de l’UDPS. Trente-six ans après, l’UDPS va arrêter de jouer au groupe de pression. La base de l’UDPS/Kinshasa en a marre de voir chaque fois le parti servir de béquilles aux autres forces politiques. Dans une déclaration des fédérations de la capitale, lue par Raymond Kabala, la base de Kinshasa tance presque sa hiérarchie... "36 ans aujourd’hui, l’UDPS notre parti n’a servi que de marchepied, de béquilles. Nous avons plusieurs fois aidé, inconsciemment peut-être, les autres à monter les escaliers. Arrivés au sommet, ce sont eux qui nous tiennent au bout du nez, et ils sont partout acteurs principaux de tous les problèmes que nous sommes entrain de vivre aujourd’hui... ", fait-elle remarquer. L’UDPS-Kinshasa lance un appel pressant à tous les décideurs du parti, "présents et à venir", qu’"à partir de ce 36ème anniversaire, l’UDPS cesse d’être le dindon de la farce, béquilles ou marchepied de n’importe quel autre aventurier, ou groupe d’aventuriers quelque soit leur rang social. Elle dénonce également "la léthargie qui semble élire domicile au sein du parti", rappelant que l’UDPS est un parti d’actions pacifiques. "Nous ne sommes pas un parti de bureau, de la radio, de journaux, de la télévision et même de déclaration. Notre capacité de mobiliser est intacte. Nous n’avons jamais été un parti de suiveurs les yeux bandés, mais nous avons la vocation de soutenir les actions pacifiques menées dans le sens de notre lutte par les amis et partenaires sociaux politiques. Voilà pourquoi nous soutenons les actions des Laïcs chrétiens catholiques..." L’UDPS affûte donc ses armes et renouvelles ses méthodes de lutte pour la conquête effective du pouvoir. Le congrès prévu fin février et censé doter le parti d’une nouvelle direction pour remobiliser les masses, a été reporté "par respect pour la marche appelée par les Laïcs catholiques ce 25 février" sans qu’une autre date ait été fixée. A noter que les circonstances particulières de cette commémoration, marquée par la disparition du leader charismatique du parti, ont rendu cet anniversaire tout aussi singulier. Lire ci-dessous, l’intégralité du message du SG de l’UDPS à l’occasion de la commémoration du 36ème anniversaire du parti. Didier KEBONGO MESSAGE DU SECRETAIRE GENERAL DE L’UDPS A L’OCCASION DE LA COMMEMORATION DU 36EME ANNIVERSAIRE DE L’UDPS En ce jour du 15 février 2018, l’honneur nous échoit de vous adresser le message de meilleurs vœux d’anniversaire, non seulement pour célébrer le 36ème anniversaire de notre cher parti, l’UDPS, mais surtout pour marquer notre ferme détermination à mener jusqu’au bout le combat des pères fondateurs de l’UDPS. Les circonstances particulières qui caractérisent cette période marquée par la brusque disparition du président de notre parti rendent cet anniversaire tout aussi singulier. Vous vous en souvenez sûrement : nous n’avons pas célébré le 35ème anniversaire de l’UDPS qui intervenait quinze jours après le décès du Président du Parti. Jusqu’à ce jour, nous sommes toujours plongés dans ce deuil, car nous n’avons pas encore mis en terre la dépouille mortelle d’Etienne TSHISEKEDI En ce 15 févrer 2018, jour du 36ème anniversaire, après avoir pris la mesure de tous les défis à relever, nous pouvons nous permettre de relever la tête, de saluer la mémoire de nos pères fondateurs dont Etienne TSHISEKEDI a été une des grandes figures de proue, et d’autre part, de retracer le chemin parcouru et d’indiquer les prochaines étapes du parcours de combat de l’UDPS. Créée pour barrer la route à la dictature et à l’obscurantisme, l’UDPS a livré dans la non-violence des combats mémorables au prix du sacrifice même suprême de nombreux compatriotes. Le massacre de KATEKELAYI a été à l’origine de la " célèbre lettre de 52 pages " que les treize parlementaires adressèrent au dictateur MOBUTU pour dénoncer le " mal zaïrois" dont Mobutu état l’incarnation. Arrestations et brimades de ces treize parlementaires conduisirent à la création de l’UDPS le 15 févrer 1982. De nouveau, arrestations, tortures et relégations éveillèrent la conscience du peuple congolais et conduisirent à l’ouverture démocratique des années 1990 favorisée par le contexte international de la Perestroïka (fin de la guerre froide entre le bloc Est et le bloc Ouest). La tenue de la Conférence nationale souveraine (CNS), suivie plus tard de la chute effective du régime de Mobutu sont d’importantes victoires remportées par le peuple congolais à la suite des initiatives courageuses de l’UDPS. Le chemin était tout à fait balisé pour accéder à l’Etat de droit et de démocratie, quand la maffia internationale vînt s’interposer en favorisant l’invasion du Congo par l’AFDL. Nouvel épisode de lutte politique non violente de l’UDPS qui nous conduisit à la tenue du Dialogue inter congolais à Sun City en Afrique du Sud, à la suite de la mise en œuvre du " plan de paix " proposé par Etienne TSHISEKEDI en vue de la pacification du Congo et de la région des grands lacs africains. Face aux ennemis du peuple congolais qui ont mis tout leur poids dans la balance pour contourner l’instauration de l’Etat de droit, l’UDPS, toujours sous la conduite d’Etienne TSHISEKEDI, a su déjouer tous les pièges tendus à la RDC pour sa division et sa balkanisation. Tout le monde connait le rôle de l’UDPS pour l’obtention de l’Accord Global inclusif qui a mis fin aux aventures de certains compatriotes instrumentalisés par la maffia internationale. Sur cette lancée, il faut citer ce que d’aucuns considèrent comme le " testament politique " d’Etienne TSHISEKEDI, à savoir, l’Accord de la Saint Sylvestre, destiné, selon les propres dires de feu Dr Etienne TSHISEKEDI, destiné, disons-nous, à fermer la parenthèse de l’AFDL, en vue de permettre aux congolais, sous la conduite de l’UDPS, de parachever l’œuvre entamée avec la tenue de la Conférence nationale souveraine (CNS). Vous aurez donc compris, combattantes et combattants, que la trajectoire vers l’Etat de droit et de démocratie est déjà toute tracée par Etienne TSHISEKEDI. Notre Parti entend donc organiser incessamment le congrès extraordinaire pour pourvoir à la vacance à sa tête. Avec le nouveau Président élu, l’UDPS fixera les nouvelles étapes de combat jusqu’à la conquête démocratique du pouvoir. Mais en attendant cela, permettez-nous de vous réitérer encore une fois nos vœux de succès pour le combat historique que nous menons avec l’appui de tout le peuple congolais en vue d’instaurer en RDC un véritable Etat de droit et de démocratie. Tenons bon, l’UDPS va vaincre ! Fait à Kinshasa, le 15 février 2018 Fait à Kinshasa, le 15 février 2018 Jean Marc KABUND - A - KABUND Secrétaire Général faisant intérim du Président du Parti
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top