Liens commerciaux

0
Un envoyé spécial du Président de la République d’Angola auprès de son homologue congolais Joseph Kabila, est arrivé hier lundi 19 février à Kinshasa, en provenance de Luanda. Il s’agit du ministre angolais des Relations extérieures, Manuel Augusto Domingos, indique une dépêche de l’Agence Congolaise de presse (ACP). La visite du chef de la diplomatie angolaise intervient quelques jours, (soit cinq) seulement après la Tripartite qui a réuni, à Kinshasa, le Président de la RDC Joseph Kabila, Joao Lourenço de la République d’Angola ainsi que Sassou Nguesso de la République du Congo. La rencontre de Kinshasa faisait suite à une des recommandations faites au mini-sommet de la CIRGL organisé en décembre 2017 au Congo Brazzaville. La situation générale dans la région des Grands Lacs, ainsi que le renforcement de la coopération entre la République Démocratique du Congo, la République d’Angola et la République du Congo étaient au menu de la rencontre entre les trois Chefs d’Etat. UNANIMITE SUR LA NON INGERENCE Ces chefs d’Etat avaient souligné l’importance de la paix et de la stabilité de la Région, facteurs propices au développement des Etats et à l’épanouissement des populations respectives. C’est dans ce cadre que Kabila et ses hôtes avaient relevé l’urgence et la nécessité d’une application sans faille des Déclarations de Nairobi du 12 décembre 2013 et de l‘Accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et le développement en RDC et dans la Région du 24 février 2013. Pour ce faire, ils en ont appelé à la diligence des Etats de la Région appelés à tenir leurs engagements tant nationaux que régionaux souscrits dans le cadre dudit Accord, en cette cinquième année de sa signature. Concernant le renforcement de la coopération entre les trois pays, les Chefs d’Etat avaient salué l’excellence de leurs relations. Ils avaient alors réaffirmé leur volonté commune de renforcer les liens de coopération, d’amitié, de fraternité et de bon voisinage qui unissent leurs pays et peuples respectifs. Ils ont réitéré leur attachement aux principes-clés de la Charte des Nations Unies, de l’Acte Constitutif de l’Union Africaine et du Pacte sur la paix, la sécurité et le développement dans la Région des Grands Lacs, notamment la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, l’interdiction de servir de base pour déstabiliser les Etats ainsi que le respect de la souveraineté nationale. REDYNAMISATION DES RELATIONS D’après la dépêche de l’ACP, « rien n’a filtré sur l’objet et la durée de cette mission, encore moins sur le programme de la visite du ministre angolais des Relations extérieures en RDC ». Au regard du temps très court entre la réunion de Kinshasa et la présence du diplomate angolais, peut-on déjà penser au parachèvement ou au suivi des recommandations issues de la rencontre de la tripartite du 14 février dernier. Surtout que le prochain rendez-vous entre les trois hommes d’Etat est prévu à Luanda. « Les trois Chefs d’Etat ont convenu de se rencontrer au courant du mois d’avril 2018 à Luanda (République d’Angola), en vue de poursuivre leurs consultations sur les questions d’intérêts communs, la date précise devant être communiquée par la voie diplomatique », avaient résolu les Chefs d’Etat présent à Kinshasa. Ce qui laisse croire que l’Angola n’a pas le temps à perdre. Le pays de Joao Lourenço veut passer de la parole aux actes. La présence du chef de la diplomatie angolaise signifierait-elle en un mot que son pays veut « redynamiser les relations entre Luanda et Kinshasa ». Tout ce qui a été dit ne peut donc pas s’arrêter sur des documents. Parce que très souvent les recommandations moisissent dans les tiroirs. Voilà que Luanda veut imprimer une nouvelle dynamique dans les relations entre le pays de Lourenço et celui de Kabila.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top