Liens commerciaux

0
La Présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) vient de séjourner à Goma, dans le cadre de la 5ème édition du festival « Amani ». Elle a profité de l’occasion pour discuter avec les jeunes de toutes les tendances et de différents mouvements citoyens leur participation aux élections. Ces échanges ont tourné autour de la situation politique du pays et du développement de la jeunesse. Au cours de ces différents échanges, les jeunes ont présenté leurs préoccupations, en mettant l’accent notamment sur le droit de manifester et sur l’application totale de l’Accord de la Saint Sylvestre. Ces jeunes ont aussi plaidé auprès des autorités du pays pour une bonne gouvernance dans la gestion de la chose publique. Après avoir suivi toutes les doléances, Francine Muyumba a recommandé aux jeunes de se mobiliser pour la tenue des élections au pays. Selon elle, les élections constituent le seul moyen de construire la jeune démocratie en RDC. D’après la Présidente de l’UPJ, les jeunes doivent se préparer pour être candidats à tous les niveaux, car le renouvellement de la classe politique concerne toutes les tendances politiques du pays et il y a un besoin de voir les leaders des Jeunes émerger. DES AVANCEES SIGNIFICATIVES Les jeunes de la Majorité au pouvoir ont plaidé pour leur alignement sur les listes électorales à tous les niveaux. A cet effet, ils soutiennent la tenue des élections, tout en félicitant le Gouvernement et la CENI pour les avancées très significatives enregistrées à cet effet. Ils sont convaincus qu’ils doivent se préparer pour gagner les élections à tous les niveaux. « Nous préparons le terrain et renforçons nos bases pour remporter les élections tant attendues. Rien ne va nous distraire dans l’atteinte de cet objectif », ont-ils indiqué. Francine Muyumba les a encouragés dans cette lutte. Elle les a conscientisés pour qu’ils ne soient pas des spectateurs dans leurs partis politiques. D’après ce leader de la jeunesse panafricaine « un parti politique, qui n’arrive pas à promouvoir sa jeunesse est un parti qui n’a pas d’avenir. Les Jeunes dans les différents partis politiques ont la responsabilité d’exiger leur participation dans la gouvernance de la res publica ». Ensemble, ils se sont mis d’accord pour un appui en plaidoyer auprès de leurs partis politiques pour que cette participation dans la gouvernance soit une réalité. Par ailleurs, les Jeunes du Mouvement Citoyen (LUCHA) luttent pour la bonne gouvernance, le respect de la dignité humaine et la justice sociale. Ils exigent la liberté de manifestation et la libération de certains de leurs membres. A ce sujet, ils ont eu la promesse de l’implication personnelle de la présidente de l’UPJ pour le suivi auprès des instances judiciaires. Francine Muyumba les a soutenus dans leur lutte en leur recommandant de promouvoir plus la tenue des élections à tous les niveaux pour construire la jeune démocratie. D’autres questions sur le développement de la jeunesse ont été abordées par la Présidente de l’UPJ lors de ses discussions avec les Jeunes de Lucha. A la clôture du festival Amani, Francine Muyumba et le Gouverneur Julien Paluku ont pris part à la cérémonie de remise des financements pour les projets des jeunes qui ont gagné le concours organisé lors du festival. Elle a saisi cette occasion pour visiter le terrain où sera érigée la Maison des jeunes du Nord Kivu, un cadre d’encadrement des jeunes filles qui va faciliter la restauration de la paix durable.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top