Liens commerciaux

0
Les relations tendues entre le Royaume de Belgique et la République démocratique du Congo focalisent l’attention de nombre de partenaires qui se mobilisent pour la tenue des élections. Au moment où la Commission électorale nationale indépendante (CENI) déploie des efforts pour solliciter des financements du scrutin du 23 décembre prochain, Bruxelles a décidé de suspendre les 5 millions d’euros annoncés pour financer le processus électoral, et de réorienter vers les ONG les 25 millions d’euros destinés au développement. Une décision mal digérée au niveau du Gouvernement congolais. Dans l’opinion, d’aucuns s’interrogent sur les conséquences que cette mesure pourrait avoir sur le déroulement même des élections. "La suspension de la coopération entre la Belgique et la RDC n’a aucune incidence sur le processus électoral", soutient à ce propos l’analyste congolais Martin Nzekiau, spécialiste de la Région des Grands Lacs. "C’est vrai que la République Démocratique du Congo est privée d’une enveloppe de 25.000.000 euros que la Belgique consacre à son développement. Mais, c’est surtout l’aspect symbolique qui pourrait desservir la RDC, dans la mesure où la Belgique est ancrée dans le monde comme étant une vitrine internationale de son ancienne colonie. Les malaises relationnelles avec la Belgique vont, sans doute, participer à détériorer l’image du Congo-Kinshasa au sein de certaines contrées influentes", argumente l’expert congolais. A PEINE 6 % DES 123,3 MILLIONS DE DOLLARS MOBILISES Tout en reconnaissant l’importance de l’aide belge au développement en RDC, le spécialiste en relations internationales estime que les 5 millions d’euros promis par Bruxelles ne représentent pas un montant consistant dans l’enveloppe globale des élections. "L’intervention de la Belgique en soutien au processus électoral s’inscrit dans le cadre d’un projet multi bailleur où les pays occidentaux n’ont participé qu’à 6% au processus électoral. Cette suspension de la coopération ne peut, en aucun cas, influer sur le processus électoral, parce que la RDC est un pays de droit", fait remarquer Martin Nzekiau. S’appuyant sur le récent rapport du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, cet internationaliste se montre beaucoup plus explicite. Dans ce rapport transmis au Conseil de sécurité, Antonio Guterres s’inquiétait, en fait, de voir que, jusqu’à présent, les partenaires de la RDC n’ont contribué qu’à hauteur de 6 % au fonds d’appui au cycle électoral, depuis la publication du chronogramme des élections par la CENI. Chiffré à 123,3 millions de dollars, le montant attendu de bailleurs extérieurs peine à être mobilisé, en raison notamment des inquiétudes des donateurs qui se montrent encore sceptiques face aux incertitudes entourant la transition politique en RDC, fait remarquer le SG de l’ONU. LES CONDITIONS DE BRUXELLES D’après un autre analyste qui a requis l’anonymat, les 5 millions d’euros promis par Bruxelles ne sont pas à minimiser, dans la mesure où ils représentent une proportion d’environ 17 % du budget requis par la CENI et les partenaires internationaux, à travers le Projet d ’appui au cycle électoral au Congo (PACEC), un panier de fonds pluripartenaires géré par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Lors d’une réunion du Conseil des affaires étrangères de l’Union Européenne, tenue le 11 décembre 2017 à Bruxelles, la Belgique et ses partenaires européens avaient conditionné leur appui au processus électoral en RDC par l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre. A la suite des conclusions du Conseil, le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, et son collègue de la Coopération au développement Alexander De Croo avaient annoncé, dans un premier temps, l’octroi de 5 millions d’euros en appui aux élections. Ces fonds, avaient-ils souligné, ’’pourront être libérés dès que ces conditions seront réunies’’, encourageant pour autant les autres partenaires ’’à agir dans le même sens, en restant très attentifs aux engagements des autorités congolaises’’. Clément Dibwe et Déborah Mangili
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top