Liens commerciaux

0
Le stade Tata Raphaël de la Kethule, dans la commune de Kalamu, a connu une atmosphère inédite hier dimanche 25 mars. Ce, à l’occasion de la messe du dimanche des Rameaux dite par son Eminence Mgr Laurent Cardinal Monsengwo qui avait rendez-vous pour la énième fois, avec les jeunes catholiques de l’archidiocèse de Kinshasa. L’essentiel de son message a porté sur la responsabilité des jeunes qui ont en même temps raison quand ils doivent condamner les ainés et les politiciens mais aussi, s’auto-évaluer. C’est dans un stade plein comme un oeuf que le Cardinal Laurent Monsengwo a dit la messe du dimanche des Rameaux sous un soleil de plomb. Les Jeunes des Mouvements catholiques de leur part n’ont pas dérogé à la tradition. Ils ont répondu massivement à l’appel de Tata Cardinal. Aux environs de 08h30, les délégations de différentes paroisses de l’Archidiocèse de Kinshasa assiègent le chaudron du stade Tata Raphaël. La couleur rouge prend l’ascendant sur les autres. Ce qui prouve le suivi à la lettre des consignes préétablies par les Ecclésiastiques et une forme de soumission des Jeunes. Rameaux et drapelets à la main, pour la plupart des gens et visières en carton avec mention "Dimanche des Rameaux" sur les uns. Il est 10h30 quand commence la procession. L’archevêque de Kinshasa, ses Evêques auxiliaires, une centaine de prêtres font leur entrée. Le public est en ébullition. Trente minutes après soit à 11h, la messe proprement dite débute. La première lecture par un non-voyant, est tirée du passage biblique Isaïe 50,4. La 2ème lecture tirée de Phippe 2,6-11 a été faite par un malentendant. Puis, la traditionnelle récitation de la passion. En tout pendant plus ou moins 35 minutes. Le Moment M que l’assistance venue de tous les coins et recoins tenait absolument à entendre arriva, le message de l’ancien archevêque de Kisangani. Il a prononcé un discours dans le sens du yang et du yin concernant la jeunesse congolaise. LA CRITIQUE EST AISEE, L’ART EST DIFFICILE "Vous avez le droit de reprocher aux aînés et aux hommes politiques d’avoir sacrifié votre génération.Vous avez raison de reprocher aux politiciens et à la classe dirigeante de notre pays d’avoir échoué. Mais qu’entendez-vous faire pour redresser la barre ? Le pays a besoin de vous dans le secteur de la vie politique, économique, sociale, culturelle, religieuse. Etes-vous prêts à prendre les destinées de la nation et en assumer les responsabilités ?" LES JEUNES APPELLES A LA RESPONSABITE Mgr Laurent Cardinal Monsengwo est monté au créneau en disant en déclarant :"Chers jeunes, qu’entendez-vous faire ? Que des gens, des universitaires brillants et capables préfèrent rester en Europe ou en Amérique pour y attendre que d’autres remettent le pays sur le rail afin qu’ils viennent ensuite cueillir les fruits des peines et des sacrifices, des risques et de la sueur des autres. Combien de jeunes font des enfants qu’ils abandonnent la charge aux parents". "Boyoki ngai malamu" qui se traduit par "Vous m’avez bien écouté (la foule crie). Que des jeunes beaux et forts restent à la maison en attendant qu’un autre leur trouve un emploi", s’est indigné le premier exégète africain. NE PAS SE COMPORTER EN MOUTON DE PANURGE L’archevêque démissionnaire de Kinshasa a, par ailleurs, interpellé les jeunes à ne pas suivre à l’aveuglette, les autres et l’Eglise est prête à les accompagner dans cette dynamique. "Jeune de Kinshasa, le présent et l’avenir du pays est à vous. Ayez de fortes convictions personnelles. Ne soyez pas comme de moutons de panurge par peur du qu’en dira-t-on. Mettez la main à la machette et à la houe, que l’on voie le travail que vous faites pour que le Congo ne soit plus dans cette situation de misère. L’Eglise est prête à vous y aider et à vous préparer si vous êtes prêts à prendre en charge votre vie, celle des autres et les destinées de la nation", a-t-il exhorté. La prière universelle a été dite par 5 jeunes tous vivant avec handicap. Il sied de noter que le nouvel archevêque co-adjuteur, Monseigneur Fridolin Ambongo n’a pas participé à cette Eucharistie. Ce dernier se trouve à Mbandaka où il a célébré également cette Pâques fleuries. La chanson fétiche des fidèles catholiques "Hozana eh Hozana eh, Hozana na mwana Wa Davidi" entendez "Gloire, gloire, gloire au fils de David" a fait vibrer l’ex stade du 20 mai. Les gens bougeaient dans tous les sens en brandissant les rameaux au rythme de la chorale Régionale, regroupant l’arsenal des Chorales de l’Archidiocèse. Ce dimanche qui précède la plus grande fête de l’Eglise chrétienne, Pâques, a connu également la présence de certains politiciens. Il s’agit de l’actuel locataire du stade des Martyrs, le ministre des Sports, Papy Niango. A ses côtés, le député Kiakwama et le premier ministre honoraire, Samy Badibanga. La messe a pris fin à 14h20.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top