Liens commerciaux

0

KINSHASA, PARIS, BRUXELLES.
Il aurait maîtrisé l’art du rebond mieux que quiconque! C’est Jeune Afrique qui écrit, depuis Paris, dans un dossier qui a tout l’air de com’ surprenant tous! On peut faire confiance... Quand des médias le surnomment «Kamerhéon» - du «caméléon», cet habile animal dont un œil est capable de surveiller le sol pendant que l’autre regarde en l’air, une langue qui jaillit comme un ressort pour capturer les insectes à distance, des pattes qui leur servent de pinces, une queue qui leur tient lieu de cinquième main et une proverbiale faculté de changer de couleur pour se protéger du danger - l’hebdomadaire transafricain lui trouve le «Kamerhomètre» - un instrument de mesure. De quoi donc?
Voilà donc, contre toute attente, Vital Kamerhe Lwa-Kanyiginyi donné pour mort pour la énième fois - qui veut renaître. Cette fois, en s’amarrant au richissime ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi Chapwe, celui qui l’avait harponné, après qu’il eût donné du fil à retordre à la Majorité Présidentielle en refusant d’abandonner la présidence de l’Assemblée Nationale et est revenu à la charge quand il accepta de siéger au Dialogue de la Cité de l’Union Africaine en acceptant les appels de la Majorité Présidentielle, repoussant du même coup la rencontre de Genval qui donna lieu au Rassemblement des forces de l’opposition... Une réunion présidée par Etienne Tshisekedi wa Mulumba, financée par Moïse Katumbi Chapwe bien qu’absent.

DES TOURS DE MAGIE.
Avant de se rendre à la Cité de l’UA, Kamerhe avait tout refusé puis finit par réaliser un de ces tours de magie dont on lui reconnaît l’art. Il est un fait que le médiateur togolais Edem Kodjo - et certainement la Majorité Présidentielle - lui avaient fait miroiter l’hypothèse de conduire l’équipe gouvernementale qui en sortirait... Finalement, il ne lui fut demandé que de faire participer son UNC à cette équipe dans laquelle il prit deux ou trois portefeuilles ministériels. Ce fut sa grande déception...
Tout récemment, VK s’est fait parler encore de lui. En tentant de faire sortir du Gouvernement son meilleur ami. C’était sans compter avec Pierre Kangudia, ministre d’Etat en charge du Budget qui préféra garder son poste plutôt que de repartir à l’opposition...
Kamerhe a donc décidé de rejoindre Moïse Katumbi Chapwe «en vue explique-t-il, d’éradiquer la dictature». Un discours qui lui est familier et qu’il recadre aussitôt, expliquant: «La politique n’est jamais un long fleuve tranquille. L’essentiel est de maintenir le cap. Comment y arriver est une autre affaire». On rappelle comment, avec Moïse Katumbi Chapwe, avec Félix-Antoine Tshisekekedi Tshilombo, il entonna à Bruxelles dans les quatre langues du pays la chanson du type «un pour tous, tous pour un» qui fit long feu. Aujourd’hui, ils veulent reprendre la chanson mais sans... Félix-Antoine Tshisekekedi Tshilombo dont le parti UDPS a pris l’option d’aller à la Présidentielle. Ce qui brouille les plans de MKC. Mais qui trop embrasse mal étreint...
Le fin calculateur VK s’imagine-t-il jouant la carte gagnante? Il doit avoir misé sur l’exclusion définitive de la course à la Présidentielle du richissime ex-gouverneur embourbé dans mille dossiers judiciaires. Dans ce cas, l’accord le laisserait seul, dans la course...
T. MATOTU.
(Lesoftonline)
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top