Liens commerciaux

0
Il a brillé par sa présence à la quasi-totalité des apparitions publiques du Chef de l’Etat au cours de ce mois de février 2018. Depuis quelques jours, le Vice-Premier ministre en charge des Transports et Voies de communication, José Makila Sumanda est quasiment omniprésent dans l’entourage de Joseph Kabila. Alors que l’opposition congolaise s’épuise à contraindre le pouvoir à organiser des élections, l’on constate dans le chef de cet « opposant » qui a rejoint le gouvernement, un attachement suspect envers le Président de la République, de quoi susciter des interrogations dans l’opinion.

L’histoire politique congolaise fourmille de destins politiques prometteurs mais qui ont pris de tournures floues. Celui de José Makila semble en être un qui commence à prendre une autre tournure. En effet, depuis son entrée dans le gouvernement à la faveur de l’accord du 18 octobre, le Président national de l’Alliance des Travaillistes du Congo (ATD) clame le plus sérieusement du monde, qu’il n’a pas été débauché mais, il se trouve dans les affaires par la volonté de l’accord issu du dialogue de la Cité de l’Union africaine.

Reconduit dans le gouvernement Tshibala, issu de l’accord de la Saint Sylvestre, l’ancien gouverneur de l’Equateur affiche une loyauté sans égale envers le Chef de l’Etat, à qui il attribue le mérite de tous les actes qu’il pose dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. De la nomination des membres de son cabinet à un voyage effectué à l’étranger en passant par la visite du siège social de la société Transco, Makila ne fait rien qui ne lui ait pas été inspiré par le Chef de l’Etat.

En contrario, cet acteur politique qui céda son siège de député à l’un de ses cousins pour diriger une des provinces issues du démembrement de l’ex Equateur avant d’abandonner son poste de Gouverneur pour rejoindre le gouvernement national, tient un autre discours face aux militants de son parti. Lors de matinées politiques et d’autres manifestations, il se réclame toujours opposant mais, ne ménage guère comme ses pairs « opposants ministres », l’aile radicale de l’opposition.

Pour revenir à sa proximité avec le Chef de l’Etat, on apprend de sources dignes de foi que celui qui avait refusé de diriger le Ministère des Affaires Sociales au sortir des concertations nationales car le jugeant peu rentable financièrement serait mal vu par un membre important du cabinet du Président de la République. « Personne ne comprend ce qui se trame entre les deux hommes. Il a été : présent à Matadi à l’occasion de l’inauguration du batiment du gouvernorat du Kongo Central, il a fait partie de ma délégation présidentielle récemment à Zambie et il a été présent au Palais de la Nation lors de la réception du Président gabonais Ali Bongo à Kinshasa. Sa présence commence à inquiéter », lâche un administratif de la présidence de la République.

Ce fait qui peut paraitre banal pour les uns mérite d’être analysé de prêt quand on sait qu’il y a dans ce pays, des ministres qui ne voient le Chef de l’Etat qu’à la télévision et rarement en conseils des ministres. Et voir un membre du gouvernement qui clame son appartenance à l’opposition devenir aussi proche de lui, vaut la peine d’être souligné. Nous y reviendrons prochainement.

RD44

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top