Liens commerciaux

0
Le Rapporteur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Jean-Pierre Kalamba Mulumba vit peut être ses derniers jours à ce poste. Après avoir perdu la confiance de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti dont il est délégué et qui exige son remplacement, il vient d’être lâché également par le bureau de l’Assemblée nationale. Le Président de la chambre législative a décidé de faire examiner cette question en séance plénière dès le début de la session ordinaire de mars.

Aubin Minaku tient à faire justice à l’UDPS, du moins dans l’affaire qui l’oppose à son ancien cadre qu’elle avait délégué à la centrale électorale. Saisi à plusieurs reprises par la fille ainée de l’opposition et ses alliés, il est resté droit dans ses bottes, jusqu’au 20 février dernier, date à laquelle il a levé l’option de saisir à son tour le Président de la CENI.
Dans sa correspondance, il a demandé clairement à Corneille Nangaa le remplacement du rapporteur de son institution. « Je me fais le devoir de vous informer qu’aussi bien l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social(UDPS), parti politique, que le groupe parlementaire UDPS et Alliés ont, l’une et l’autre, par plusieurs correspondances non conjointes et portant références certaines, saisi le Bureau de l’Assemblée nationale d’une demande tendant au remplacement de leur délégué au sein de la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI) », lui-a-t-il écrit.

Il a expliqué que ce remplacement s’inscrit dans le cadre de l’application de l’accord de la Saint Sylvestre telle qu’exigée par l’opposition. « Il s’agit de Monsieur Jean-Pierre Kalamba Mulumba, actuellement Rapporteur de cette haute institution d’appui à la démocratie. Au crédit des affairmations des requérants susmentionnés, la démarche s’inscrirait dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord politique et inclusif du 31 décembre 2016, plus spécialement en son point IV.5B du chapitre IV » », a-t-il précisé.

Et pour que ce remplacement soit effectif, le bureau de l’assemblée nationale projette de le faire examiner en plénière au cours de la session ordinaire de mars. « A cet effet, le Bureau de notre Chambre législative entend soumettre, dès la session ordinaire de mars 2018, ladite demande à l’assemblée plénière en vue d’une option à lever conformément aux dispositions pertinentes de l’article 12 de la loi organique et fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante, telle que modifiée et complétée à ce jour », a conclu Aubin Minaku.

Ceci faisant, il cède à la pression du parti d’Etienne Tshisekedi qui a retiré sa confiance à son délégué à la CENI. « Monsieur Kalamba nous avait répondu que s’il faut le remplacer, il fallait entrer en contact avec l’Assemblée Nationale », déclarait le Porte-parole de l’UDPS, Augustin Kabuya, au lendemain du dépôt au Palais du peuple de la lettre de retrait de confiance à décembre dernier. Quelques jours plus tôt, le groupe parlementaire UDPS et Alliés avait exigé la démission de Jean Pierre Kalamba, une décision que certains membres de ce groupe parlementaire avaient contesté. De son côté, l’intéressé a fait de la résistance.

RD44
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top