Liens commerciaux

0
Le renouvellement du mandat de la MONUSCO était au cœur de la rencontre hebdomadaire d’hier jeudi 28 mars. La porte parole de la mission onusienne en RDC a fait savoir que la 2409 a deux grandes priorités, à savoir la protection efficace et dynamique des civils, et l’appui à la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral. Deux priorités ont été fixées, a souligné Florence Marshall. La MONUSCO mettra en œuvre son engagement en travaillant de concert avec le gouvernement de la République. Cette nouvelle Résolution qui va entrer en vigueur le 01 avril demande à la mission onusienne en RDC d’assurer une protection efficace, dynamique et intégrée des civils, menacés de violences physiques dans le cadre d’une approche globale. Nnotamment en dissuadant et en empêchant tous les groupes armés et toutes les milices locales de commettre des violences contre la population ou en intervenant pour y mettre fin, a indiqué Florence Marshall. "Une attention particulière devra être accordée" aux victimes regroupés dans les camps de déplacés et de réfugiés, aux manifestants pacifiques, au personnel humanitaire et aux défenseurs de droits de l’homme", a indiqué Florence Marshall. En plus, cette Résolution demande à la mission onusienne de continuer à favoriser la participation et l’autonomisation de la population locale, ainsi que le renforcement de la protection des civils grâce à des dispositifs d’alerte et d’intervention rapides et à la mobilité de la mission. La neutralisation des groupes armés, en appui aux autorités de la République, est également l’une des taches assignées à la MONUSCO, notamment à sa brigade d’intervention qui est désormais placée sous le commandement direct du commandant de la Force de la MONUSCO. Par ailleurs, le second volet concerne l’appui technique et politique à la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 et au processus électoral par les bons offices et l’engagement d’un dialogue avec les interlocuteurs de tous bords politiques, qu’il s’agisse donc du gouvernement, des partis d’opposition et de la société civile, le tout en coordination avec les partenaires régionaux et internationaux, dans l’objectif de favoriser la réconciliation et la démocratisation et pouvoir ainsi ouvrir la voie à la tenue des élections, a fait remarquer la porte-parole de la MONUSCO. Ainsi, a-t-elle poursuivi, ces bons offices et le dialogue devront se faire en suivant une approche intégrée au sein des Nations unies, à laquelle sera associé l’envoyé spécial du SG pour les Grands lacs. En addition aux bons offices, la MONUSCO est appelée à fournir une assistance technique et un soutien logistique dans le cadre du processus électoral, afin de faciliter le déroulement du cycle électoral.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top