Liens commerciaux

0
Le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), projet de recherche basé au Centre de coopération internationale de l’Université de New York, recommande au Conseil de sécurité de l’ONU, de faire en sorte que la priorité de la MONUSCO, (dont l’actuel mandat s’achève le 31 mars prochain) soit la tenue d’élections crédibles. Dans un rapport dit de consultation publié le 1er mars, le GEC demande au conseil de « définir clairement les conditions selon lesquelles la MONUSCO doit soutenir le processus électoral. Tout en gardant à l’esprit les risques liés à une suspension de la coopération, le soutien de la Mission devrait inclure l’autorisation de manifestations de l’opposition, la libération de prisonniers politiques et la fin du dédoublement » controversé des partis politiques ». Dans ce document intitulé, « l’art du possible », l’équipe dirigée par le chercheur Jason Stearns demande au Conseil de sécurité « d’encourager les dirigeants de la MONUSCO à adopter une position de principe ferme en ce qui concerne les atteintes aux droits humains et l’équité du processus électoral ». Le travail de la MONUSCO ne fait pas l’unanimité en RDC. Au cours de sa première conférence de presse depuis près de six ans, à Kinshasa, Joseph Kabila avait fait part de son intention de «clarifier dans les jours à venir nos relations avec la Monusco».
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top