Liens commerciaux

0
Le lundi dernier, le Conseiller spécial de Joseph Kabila en matière de la lutte contre la corruption, Emmanuel Luzolo Bambi Lesa a fait venir dans ses offices, deux responsables des Sports rd-congolais notamment le secrétaire général au ministère des Sports, Barthélemy Okito et le président de la FECOFA –Fédération congolaise de football, Constant Omari. Motif de cette invitation : faire la lumière autour d’une somme de 70 millions des dollars Uds, portée disparue au niveau de la FECOFA, allant de la période 2013-2017. Ce sont les frais de fonctionnement du ministère des Sports, FECOFA et le secrétariat des Sports. Face aux inspecteurs de Luzolo, Okito et Omari ont décliné toute leur responsabilité dans la disparition de cet argent. Ils ont argumenté que c’est au niveau du cabinet du ministre des Sports, que cet argent a été géré. C’est cela la règle. Depuis tout le temps, c’est le cabinet qui gère tous les frais de fonctionnement des différentes structures venant du gouvernement. C’est aussi le cabinet qui procède au partage. Cependant, selon les éléments avancés par un inspecteur judiciaire ; éléments puisés au ministère des finances, il est mentionné que c’est le Tout-puissant conseiller en charge des finances au ministère des Sports, Amos Mbayo qui doit se justifier et non les deux responsables que Luzolo a eu à convoquer au début de la semaine. Mbayo parce que c’est lui qui gère pendant six ans aujourd’hui, les finances des Sports en RdC. C’est également lui qui est l’actuel conseiller aux finances de Papi Nyango, l’actuel ministre des Sports. S’il y a quelqu’un qui doit répondre, c’est donc Amos Mbayo, trempé jusqu’au cou. Au total, Mbayo devra justifier 95 millions des dollars. Ce montant est ainsi réparti : de 2013 à 2017, 13 millions Usd destinés à la fédération de Handball, fédération dont il est le président ; cyclisme au moins 7 millions Usd pendant la même période ; Taekwondo au moins 4 millions Usd pour la même période de 2013 à 2017 et les 70 millions Usd de la FECOFA. Ce qui porte à 95 millions des dollars au total, qu’Amos Mbayo devra justifier auprès des instances judiciaires. Mbayo est lui-même aussi président du Comité olympique congolais. Partant de là, il est le président de toutes les fédérations. C’est aussi lui qui partage les fonds à toutes ces fédérations sportives de la République. Comprenez que c’est l’homme clé. Rien ne peut se faire sans son ovale ou son approbation. C’est le Tout-puissant. Déjà en 2014, l’ancien premier ministre, Augustin Matata avait adressé une correspondance (à publier dans la prochaine livraison) au président du Comité olympique du Congo, COC, pour demander qu’on mette fin aux finances des fédérations par le gouvernement, parce que la situation de caisse n’était pas toujours claire. Amos Mbayo, alors conseiller financier de Denis Kambayi avait étouffé le dossier pour garder sa main mise sur les frais venants du gouvernement. Amos Mbayo, le faiseur des rois, tel que surnommé au ministère des Sports. C’est lui qui fait riches tous ces hommes qui atterrissent à la tête du ministère des Sports, parce que détenant la bourse.

c-news
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top