Liens commerciaux

0
La Voix-des-Sans-Voix (VSV) demande au gouvernement congolais de faciliter à la famille de Rossy Mukendi l’accès à la morgue de l’hôpital général de référence où le corps de cet activiste pro-démocrati serait encore gardé, un mois et demi après son assassinat. Dans un communiqué lundi 9 avril, la VSV appelle les autorités à donner l’accès libre à la famille de Rossy Mukendi pour l’organisation des obsèques de cet activiste abattu le 25 février dernier. «La VSV dénonce fermement les intimidations et menaces contre la famille de l’activiste pro-démocratie Rossy Mukendi Tshimanga de la part des inconnus se réclamant des services de sécurité (…)», peut-on lire dans le communiqué de l’ONG des droits de l’homme. Trois jours plutôt, la famille de Rossy Mukendi s’était rendue à la morgue centrale de Kinshasa pour vérifier si le corps de l’activiste n’a pas été enterré secrètement. Elle a été empêchée d’accéder à la dépouille. «On a besoin de voir le corps de notre frère. Après la morgue, nous nous sommes rendus à l’Hôtel de Ville où il nous a été demandé d’écrire à nouveau. Ça nous inquiète. Nous ne croyons pas que toutes les familles qui pleurent leurs morts à la FIKIN passent par une autorisation préalable de l’Hôtel de Ville de Kinshasa. Pourquoi seulement Rossy? Nous sommes venus à la morgue pour nous rendre compte qu’il n’a pas été enterré secrètement. Ils ne nous ont pas permis de voir le corps, mais ils nous ont affirmé qu’il n’a pas été enterré. Nous avons vu les policiers et le responsable du service Conservation», a dit à ACTUALITE.CD Mireille Kanku, la grande-sœur de Rossy Mukendi.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top