Liens commerciaux

0


Il s’agit de Betu Tshinsela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala

C’est depuis le 24 avril 2018 que les dépouilles des accompagnateurs de Zida Catalan et Michael Sharp, deux experts des Nations-Unies tués dans des conditions floues au Kasaï en mars 2017, ont été retrouvées dans le village de Moyo Musuila, faubourg situé à 60 kilomètres de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-Central. La nouvelle a été annoncée par Mme Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolais des Droits Humains.

Ces accompagnateurs congolais de Zida Catalan et de Michael Sharp, Betu Tshinsela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala ont été tués dans les circonstances floues au même moment que les experts des Nations-Unies. Depuis leur assassinat, les corps de Betu Tshinsela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala ont été portés disparus.

Il y a un an et demi que deux experts des Nations-Unies, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalan, ont été sauvagement assassinés non loin de Bunkonde, dans la province dans du Kasaï-Central, en pleine insurrection des adeptes du chef Kamuina Nsapu.

Le secrétaire général de l’ONU a d’abord nommé un comité d’enquête qui a rendu un premier rapport puis un procureur canadien et des experts pour suivre cette procédure congolaise. Pour Kinshasa, les miliciens Kamuina Nsapu sont à l’origine de ce double assassinat des experts de l’ONU et leurs accompagnateurs congolais. Un scénario également retenu par un comité d’enquête de l’ONU.

Comme avec le meurtre de Zida et Michael Sharp, c’est le gouvernement congolais qui a été le premier à annoncer la mort des deux experts des Nations-Unies. C’est encore Kinshasa qui a annoncé hier la découverte des dépouilles des accompagnateurs congolais des deux experts des Nations-Unies.

Une occasion pour relancer le procès

Deux semaines après le meurtre de Zaida Catalan et Michael Sharp, c’est la MONUSCO qui avait retrouvé les corps des deux experts de l’ONU. La ministre suédoise des Affaires étrangères a déjà déclaré qu’elle serait prête à soutenir un nouveau mécanisme d’enquête internationale si toute la lumière n’était pas faite.

Il y a quelques semaines, l’ambassadrice américaine auprès des Nations-Unies, Nikki Haley, avait interpellé le chef de la diplomatie congolaise, lui demandant ce que son président Joseph Kabila avait fait de sa liste de suspects, sans donner plus de précisions.

La découverte des dépouilles de Betu Tshinsela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala peut–être une occasion pour la justice militaire congolaise de relancer le dossier judiciaire afin de déterminer les responsabilités.
Par GKM
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top