Liens commerciaux

0

La Chorale Résurrection de la paroisse Saint François de Sales de Kintambo, a récemment livré un concert religieux en marge des festivités de son 30ème anniversaire. C’est à 18 heures que le gong a sonné pour le démarrage du concert. Fidèles de la paroisse, choristes et invités de marque se bousculaient au portillon de l’église pour ne pas rater le moindre détail. Une fois dans la salle, les yeux du public sont braqués sur des choristes vêtus en noir et blanc qui montent sur scène. En tout, ils ont interprété 18 chants. La première partie comportait 7 cantiques dont un grégorien, "Victimae Paschali Laudes ". La deuxième comprenant quatre chants, a débuté avec la chanson "the trumpet shall sound" du compositeur George Frédéric Haendel, qui a galvanisé le public. Dame la pluie s’est invitée aussitôt au spectacle pendant une vingtaine de minutes. Une véritable bénédiction pour cette manifestation et un gage que la nature est en harmonie avec la chorale. Puis s’en est suivi, l’opus "The Greatest Love of All". Par cette chanson Grâce Nawatamo sous forme de play back a ressuscité l’artiste américaine, Whitney Houston, qui est passée de la vie à trépas en février 2012. La benjamine de la chorale, Elsah Nkumu, vêtue d’une robe bleue n’a pas eu de peur bleue pour prester seule, devant une dizaine de projecteurs et des centaines de spectateurs rivés sur elle. Elle a magistralement interprété l’œuvre musicale "Domine Deus, Rex Caelestis" du maestro italien Antonio Vivaldi. C’est avec "Because We Believe" que l’un des dirigeants, Vinny Mutute, a mis fin à cette deuxième partie, avec sa voix teintée de douceur. Dans sa troisième partie, la chorale a exécuté 7 chants. Bon nombre de ces chants ont été accompagnés par de danses. A l’image des "Mighty God" et de "Cinawej", une œuvre en swahili qui a émerveillé tous les spectateurs. L’ultime chant sur la grille du programme de cet événement idyllique était la chanson "Ancien combattant", une adaptation de l’artiste congolais Casimir Zoba alias Zao, connu comme le loup blanc dans le chef du public. A la manœuvre, Vinny Mutute sous l’oeil vigilant du maestro Joël Kazadi, a donné le ton et la chorale a emballé tout le monde, comme si tout le monde était des militaires. Ce n’est qu’à 20h45 que le concert a pris fin. La quarantaine de choristes de la Résurrection, dont 24 filles, ont quitté le podium, fièrs d’avoir dompté le public. Un heureux dénouement pour toute personne qui a fait le déplacement de la paroisse qui soufflera ses 80 bougies au mois d’août de cette année. La chorale Résurrection a vu le jour en 1988 sous l’appellation Chorale "Cécile", en référence à la sainte patronne des musiciens, fêtée dans la liturgie catholique le 22 novembre. C’est deux ans après sa création, soit en 1990, qu’elle prit le nom de Résurrection. Elle a fêté son trentenaire le dimanche 1er avril 2018, le jour de Pâques.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top