Liens commerciaux

0

Une dizaine de femmes portant leurs bébés en provenance de la localité de Tshimpidinga sont arrivées ce mercredi 23 mai 2018 à Kananga (Kasaï Central) fuyant l’insécurité. Ces femmes ont parcouru 25 kilomètres à pied pour atteindre Kananga. Elles se sont dirigées au quartier général de la Monusco où elles ont été reçues par des responsables de la mission. L’une d’elles a indiqué qu’elles sont à Kananga pour protester contre les actes d’insécurité dans leur localité. “Nous ne savons pas dormir dans nos maisons. Les militaires nous font avaler des couleuvres. Mercredi dernier, deux garçons de notre village ont été arrêtés et amenés au camp militaire Efo et nous n’avons pas de leurs nouvelles. Ce mercredi à l’aube, les militaires sont entrés dans les maisons et ont procédé à plusieurs arrestations. Nous ne pouvons pas vivre dans ce village et nous demandons aux autorités de nous trouver des maisons ici à Kananga parce que si nous rentrons dans notre milieu, les militaires vont nous tuer”, a déclaré l’une de ces femmes déplacées. Le maire de Kananga dit avoir reçu des informations sur le comportement des militaires à Tshimpidinga. “Je suis informé de la situation à Tshimpidinga. J’ai demandé à la hiérarchie militaire du secteur opérationnel des FARDC de procéder à la relève des éléments déployés dans ce village et j’y veuille”, a dit Jean Mwamba Kantu Ka Njila à ACTUALITE.CD. La Police a empêché ce groupe de femmes de rencontrer les autorités au gouvernorat de province.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top