Liens commerciaux

0
* Des Kinois se sont mobilisés en masse pour le premier meeting de la méga plateforme de soutien à la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle de 2018, samedi 9 juin dans la capitale rd-congolaise.

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. Ensemble, la plateforme qui porte le projet et la vision de Moïse Katumbi a gagné son pari de démontrer à la face du monde son assise dans la capitale Kinshasa. Même en polémiquant sur les chiffres, les observateurs s’accordent sur "la foule dense et compacte" qui a pris d’assaut la place Sainte Thérèse samedi 9 juin pour le premier meeting du regroupement politique cher à l’ancien gouverneur du grand Katanga. Des Kinois, d’ordinaire contestataires, se sont montrés très fans du Chairman du TP Mazembe. Récit.

Place Sainte Thérèse, 15h00’. Le programme démarre par une brève prière dite par Vano Kiboko peu après l’entrée triomphale du Secrétaire général d’Ensemble, Delly Sesanga, qui rejoignait sur le podium les autres leaders de la plateforme arrivés depuis 14h30. Le Secrétaire général adjoint chargé de la communication et porte-parole d’Ensemble, Jean-Bertrand Ewanga, annonce l’ordre de prise de parole : le Sg du MLP, Nico Mayengele ; le leader d’Ensemble pour l’ex-Katanga, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza ; le secrétaire général d’Ensemble Delly Sesanga Hipungu ; et le vice-président d’Ensemble Pierre Lumbi. Seul parlera le Sg du MLP de Franck Diongo.

« DES KINOIS SE SONT MOBILISES EN MASSE POUR LA PREMIERE SORTIE D’ENSEMBLE A KINSHASA »
Car juste après son intervention l’équipe technique d’Ensemble réussit, à la surprise générale de l’assistance, la réalisation d’une vidéoconférence qui voit apparaître en personne en direct sur les deux écrans géants de la place Sainte Thérèse, Moïse Katumbi. La foule exulte. L’apparition du président d’Ensemble sur les écrans géants fait déferler des gens sur Sainte Thérèse devenue noire de monde. Depuis la capitale belge, le Chairman du TP Mazembe, qui a le retour son et image, apprécie la mobilisation réussie par ses compagnons. Chemise blanche, drapeau de la RDC sur ses épaules, Moïse Katumbi déroule sa vision pour transformer le Congo.

« NOUS NE POUVONS JAMAIS ACCPTER UN TROISIEME FAUX PENALTY »
"Je vous remercie beaucoup pour vous être mobilisés par milliers ce jour pour notre première sortie à Kinshasa", débute le leader d’Ensemble qui s’adresse en lingala à la foule. Celle-ci entre en transe et entonne des chansons à sa gloire. L’ancien gouverneur de l’ex-Katanga enchaîne : "Je suis loin de vous, mais je suis au courant de tout ce qui se passe au pays, car votre situation me préoccupe au plus haut point. Je sais que la souffrance s’est exacerbée sur place là-bas à Kinshasa et partout au Congo. Il n’y a ni courant ni eau ni salaire décent. La preuve de la déchéance du pouvoir de Kinshasa, est que même les ministres possèdent chacun un groupe électrogène chez lui car ils sont incapables de fournir l’électricité même aux quartiers où ils vivent", indique Katumbi promettant : "je vais rentrer arranger tout ça". Au regard du tableau, très sombre qu’il venait de peindre plus haut, Katumbi : "Dans ces conditions, nous ne pouvons jamais accepter un troisième faux pénalty..."

UN BUDGET DE 100 MILLIARDS USD, CEST POSSIBLE
L’acquittement de Bemba ne lui a pas échappé. "Je salue l’acquittement de notre frère Jean-Pierre Bemba. Avec Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi, nous avons convenu de travailler pour la candidature commune de l’opposition. Je vous promets : quand je serai élu président de la République, je travaillerai pour le bien de notre peuple, et une nouvelle gouvernance permettra à notre grand pays d’avoir un budget de 100 milliards de dollars, c’est possible car nous sommes un grand pays. Les gens de la Majorité ont peur de moi car ils savent ce que je représente".

KATUMBI COMME TSHISEKEDI
Enfin, il rejette la machine à voter proposée par la CENI, qualifiée par le chairman de TP Mazembe de "machine à tricher", avant d’appeler à la libération des prisonniers politiques, citant nommément Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo et Franck Diongo, déclenchant instantanément des applaudissements nourris de la foule.
Avant le chairman Katumbi, Nico Mayengele a présenté le portrait historique de l’ex-gouverneur du Katanga. Selon le SG du MLP, Moïse Katumbi "correspond à la lignée d’Etienne Tshisekedi dont il va assurer l’héritage du combat politique". Il a ainsi rappelé que, tout comme Etienne Tshisekedi avait travaillé pendant quelques années avec Mobutu avant de lui résister pour exiger la démocratisation du pays, de la même façon Moïse Katumbi a travaillé un moment avec Joseph Kabila avant de s’opposer à lui, "avec les amis du G7, dès qu’il devenait clair que ce dernier voulait violer la Constitution".

KATUMBI EN SUPER STAR A KINSHASA
A la place Sainte Thérèse, Moïse Katumbi a véritablement communié avec le peuple de Kinshasa. Il y serait physiquement présent que le gouverneur honoraire de l’ex-Katanga aurait été accueilli en super star. La première sortie officielle d’Ensemble dans la capitale , est perçue comme un succès qui montre que la plateforme politique qui porte la candidature de Moïse Katumbi peut s’imposer bien au-delà du Katanga et même plus largement de l’Est de la RDC. Sur la scène congolaise, ce regroupement politique semble le seul actuellement qui dépasse largement les clivages Est-Ouest avec dans ses rangs des leaders politiques qui ont un poids réel dans les 26 provinces que compte la RDC. Au poids de ses relais politiques, il faut ajouter la personnalité de l’homme fort du TP Mazembe, célèbre à l’instar de son club de football, sur l’ensemble du pays. C’est dire que rien ne pourra désormais se faire sur la scène politique rd-congolaise sans "Ensemble".
Didier KEBONGO
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top