Liens commerciaux

0
Ce 20 juin 2018, le parlement congolais se réunira en congrès pour l’ouverture d’une session extraordinaire. Alors que l’ordre du jour officiel n’est pas connu, on sait que le Chef de l’Etat pourrait prononcer un discours sur l’Etat de la Nation, une troisième prise de parole officielle en six mois et qui risque de réserver de surprises.

Les Présidents de deux chambres du parlement ont annoncé la tenue de cette session extraordinaire au cours de laquelle certaines matières qui n’ont pas été traitées à la session de Mars pourront être débattues et traitées. Parmi les dossiers les plus attendus, il y a entre autres, la loi portant protection des défenseurs de droits de l’homme, loi sur les manifestations publiques, le remplacement de certains membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la loi sur les statuts des anciens Chefs de l’Etat.



Le Sénat devra également désigner son délégué membre de la Cour constitutionnelle, en remplacement à Prof Félix Vundwawe nommé premier Président du Conseil de l’Etat. L’autre dossier chaud sera celui relatif au remplacement de certains membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Il risque de surprendre

La loi sur la lutte contre le terrorisme, la proposition de loi sur l’accès à l’information et celle sur les ASBL ; le projet de loi sur les télécommunications et les technologies de l’information et de nouvelles technologies de la communication ainsi que la proposition de loi fixant les règles relatives à l’organisation du barreau pourraient elles aussi être examinées.

Mais le discours de Joseph Kabila à l’ouverture de cette session sera le thermomètre de ses intentions à quelques jours de l’ouverture des dépôts de candidatures aux législatives nationales et provinciales et à l’élection présidentielle. Ce, alors que de signaux d’une possible passation de pouvoir avec son potentiel successeur à l’issue de ces élections se font sentir.



D’aucuns souhaitent qu’il annonce comme l’a longtemps souhaité le Comité Laïc de coordination(CLC), qu’il ne sera pas candidat. Et dans ce cas, le nom de son dauphin devra être révélé pour mettre fin au suspense qui ne fait que durer.

Une telle annonce pourrait apaiser ses voisins Rwandais Paul Kagame et angolais João Lourenço, eux qui lui demandent avec insistance de ne plus se représenter conformément à la Constitution de la RDC et à l’accord de la Saint Sylvestre.

ALT
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top