Liens commerciaux

0
* Désormais, son nom figure sur la liste des membres du Gouvernement qui ont signé la charte constitutive du FCC.

Le vice-ministre de l’Agriculture, Noël Botakile Batanga, a quitté son ancien parti, le Parti Lumumbiste unifié (PALU) du patriarche Antoine Gizenga, pour créer sa propre formation politique. Il l’a personnellement annoncé le mardi 03 juin, à l’occasion de la signature de la Charte constitutive du Front pour le Congo (FCC), plateforme politique et électorale initiée par le Président Joseph Kabila.

"J’ai décidé de créer mon propre parti politique pour agir en toute indépendance d’esprit", a déclaré hier mercredi, le numéro 2 de l’Agriculture sur les antennes de Top Congo Fm qui a relayé la décision de ce dernier.
Cependant, Noël Botakile n’a avancé aucune raison idéologique pour motiver son départ du parti cinquantenaire du quartier Des Marais de la commune de Matete.Au Palu, justement, des militants et certains cadres du parti considèrent le départ du vice-ministre de l’Agriculture comme un non-événement, estimant que sur le plan politique, le Prof est loin d’être un "poids lourd" pour le parti de "Mbuta".

TIRER LES CONSEQUENCES DE SA DECISION
Tout en concédant à la décision de l’élu de la circonscription de la Tshangu, le Palu pense que l’intéressé devrait aller jusqu’au bout de sa logique et tirer les conséquences qui s’imposent.
En d’autres termes, Noël Botakile ne devrait pas se limiter à quitter le Palu. Bien plus. La conséquence de sa décision serait sa démission du poste de vice-ministre de l’Agriculture du Gouvernement Bruno Tshibala, acquis dans le quota du Palu et la renonciation à son mandat de député national, parce que justement élu sur la liste Palu.
Par rapport à la députation, la loi est claire pour ce cas de figure. "Tout député national ou tout sénateur qui quitte délibérément son parti politique durant la législature est réputé renoncer à son mandat parlementaire, obtenu dans le cadre dudit parti politique", stipule la Constitution du 18 février 2006 en vigueur en RD Congo, spécialement en son article 110. Noël Botakile, en sa qualité de membre du Groupe parlementaire Palu et Alliés, avant sa nomination au sein de l’Exécutif de mai 2017, n’ignore pas cela.

" JE SAIS QUE LE PALU VA SIGNER… "
En ce qui concerne la signature du Règlement constitutif du FCC par son ancien parti politique, le vice-ministre de l’Agriculture n’a pas caché son optimisme. " Je sais que le PALU va signer la Charte ", a-t-il déclaré.
A la suite de cette déclaration, certains observateurs estiment que si la raison du départ du PALU est l’adhésion librement consentie au FCC, Noël Botakile devrait se "cacher" derrière la décision de son parti, plutôt que d’agir en loup solitaire.

POURQUOI AVOIR SIGNE EN SOLO ?
"Car si Noël Botakile savait que le PALU allait signer la Charte du FCC, pourquoi a-t-il alors agi en solo ? Pourquoi n’a-t-il pas attendu que l’engagement soit pris par le parti au nom de tous ses membres ?", se demandent des observateurs qui ont suivi la déclaration hier, du désormais ancien cadre du parti gizengiste.
Quoiqu’il en soit, l’adhésion à un parti, tout aussi que le départ, sont des actes librement acquiescés.
De ce point de vue, Noël Botakile aura donc usé de ses libertés fondamentales.
A théoriquement sept mois de la fin de la législature en cours, issue des élections de 2011, peut-être que l’intéressé a estimé ne rien perdre, en se débarrassant publiquement de la casquette gizengiste. Pour si peu que son départ du Palu n’occasionne le dysfonctionnement de ce parti politique vieux de plus de 50 ans.
Laurel KANKOLE
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top