Liens commerciaux

0
L’ambassade de France en République Démocratique du Congo apporte un cinglant démenti aux fausses alertes qui circulent sur les réseaux sociaux, pressant les ressortissants français à se faire vite enregistrer et à se procurer des provisions en vue d’éventuelstroubles.

Selon un communiqué diffusé hier sur son site officiel et relayé par les réseaux sociaux, l’ambassade de France rassure ses citoyens en séjour en RDC, tâchant ainsi de les appeler au calme et de les convier à ne pas céder à la panique.
Ce message se veut une réplique énergique à "de fausses consignes de sécurité, attribuées à l’ambassade de France en RDC, (qui) circulent actuellement sur les réseaux sociaux", fait remarquer la chancellerie.
"Si vous en avez été destinataire, prière de ne pas en tenir compte. En cas de doute, le site internet de l’ambassade reste le moyen d’information le plus fiable",précise le communiqué, tout en exhortant les destinataires du message à consulter régulièrement le site officiel pour être fixés.

UNE INTOX DE PLUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Dans le message décrié en effet, l’auteur de la rumeur distille un appel alarmant, susceptible de plonger dans la panique les ressortissants français : "…L’ambassade de France en RD.Congo a demandé à ses ressortissants d’être vigilants et de se faire identifier en urgence dans leur quartier respectif, car il y aura des troubles. Faites donc des provisions. Passe le message à tes proches et ne reste surtout pas tard dehors à Kinshasa…".
Très courants aux périodes sensibles, ces types de messages alarmistes, attribués aux chancelleries occidentales, sont généralement relayés sur les réseaux sociaux où ils font le buzz. Aussi bien en République démocratique du Congo que dans nombre des pays du Sud. Généralement, ces messages sont diffusés plus par sms et réseaux sociaux que par voie officielle, notamment à travers le site internet.

LE MERITE D’ALAIN REMY
"Ces appels à faire vite des provisions, à se faire enregistrer, à limiter les mouvements, ou à être sur le qui-vive dans son quartier de résidence, en perspective d’une éventuelle évacuation… sont bien fréquemment émis par des capitales occidentales, lorsqu’elles pressentent des troubles dans tel ou tel autre pays africain, et plus généralement dans les pays du Sud", commente un observateur indépendant.
Il en a été le cas avec le régime Mobutu dans la décennie 90, tout comme avec les régimes Kabila fin 90 et durant les deux décennies du 2ème millénaire. Précisément après les élections de 2006 et de 2011, et tout récemment au terme de l’échéance du 2ème mandat de Joseph Kabila fin 2016 et 2017.
"L’auteur de la présente rumeur profiterait de l’adresse du président Joseph Kabila devant le Congrès ce jeudi 19 juillet, soit cinq mois avant l’échéance de la prolongation de son mandat, pour créer de nouveau la psychose, misant sur le vraisemblable. N’eussent-été l’adresse et la diligence de l’ambassadeur Alain Remy de couper court à la propagation des rumeurs sur les réseaux sociaux, la mayonnaise aurait pris. Le diplomate français a donc le mérite d’avoir réagi à temps pour tordre le cou à l’intox", conclut un analyste.
’’Forum des As’’ publie ci-dessous l’intégralité du communiqué.
Yves KALIKAT et Fyfy Solange TANGAMU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top