Liens commerciaux

0
A Kinshasa, deux jours après le moratoire accordé aux opérateurs économiques, les emballages plastiques se font un peu plus rares sur le marché. Les usines locales de fabrication d’eau en sachet, par exemple souffrent d’un manque criant de ces récipients à tel point que les détaillants ne savent plus renouveler leur stock d’eau.

Cette carence en emballages en plastique dont souffrent les fabricants d’eau en sachet, communément appelé " eau pure " n’est que la conséquence directe dela mesure interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et autres emballages en plastique. Mesure qui est entrée en vigueur à partir du 1er juillet prochain, sur instruction du Gouvernement de la République à travers le ministre de l’Industrie. Ce dernier est même revenu en charge, en promettant d’appliquer "la tolérance zéro" à l’égard de tout entrepreneur qui s’entêterait à produire et commercialiser les emballages plastiques sur toute l’étendue de la RDC.
Dans cette perspective, le ministre de l’Economie a encouragé les entreprises qui produisent des emballages plastiques à recycler leurs produits. Il a, à cet effet, salué la collaboration des gouverneurs de provinces issues de l’ancien Katanga dans la mise en application de cette mesure du gouvernement. "Je suis heureux de vous informer que dans la province du Haut Katanga, j’ai eu des entretiens avec le gouverneur. Il est déjà sur un projet de recyclage avec les Chinois. J’ai été à Kolwezi, à Kalemie ... où j’ai constaté que tous les gouverneurs s’activent pour accompagner les opérateurs économiques de sorte qu’on ait des entreprises qui recyclent", conseille-t-il, soulignant qu’un sachet en plastique fait plus de 500 ans sans se détruire.
Selon lui, ces sachets ont "un méfait incroyable à travers tout le pays". Il a évoqué notamment des inondations enregistrées récemment à Kinshasa et qui ont causé mort d’homme parce que les caniveaux sont bouchés. Le même scénario s’observe dans les villes de l’ex-Katanga, a-t-il déploré. A en croire le ministre, Kinshasa dispose déjà des Start up disposés à produire les sacs en papiers. Rachidi MABANDU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top