Liens commerciaux

0

* La délégation ministérielle de la RDC continue des pourparlers à Kasese en Ouganda
Ils ne savent à quel saint se vouer, les pécheurs de la pêcherie industrielle de Vitchumbi, sur le lac Edouard que se partagent l’Ouganda et la RDC, dans le Nord-Kivu. Leur association a accusé hier la Marine ougandaise de les avoir empêchés, par des salves de rafales de canons de se livrer à la recherche d’une vingtaine ou une douzaine de corps des Congolais tués sur le lac Edouard lors des accrochages entre les Marines ougandaise et congolaise, la semaine dernière.

Selon des informations qu’ils avaient reçues c’est que les dépouilles des Congolais étaient en train de flotter sur les eaux du lac Edouard, du côté de l’Ouganda. C’est pourquoi, ils se sont résolus à s’y rendre. Mais les marins ougandais n’ont rien voulu entendre. D’où les pêcheurs congolais de Vitchumbi ont dû rebrousser chemin. Alors que les dépouilles de leurs proches tués sur le lac par les Ougandais doivent être à ce jour déjà entrées en putréfaction.
La Marine ougandaise a fait savoir aux pêcheurs congolais de Vitchumbi qu’ils ne peuvent faire leurs recherches des dépouilles qu’exclusivement du côté de la RDC. La difficulté, c’est que les corps coulent en direction de l’Ouganda. Peut-être que la solution pouvait venir du côté de la ville de Kasese en Ouganda où les Congolais continuent à négocier avec les Ougandais. On apprend que jusqu’hier jeudi 19 juillet, il n’y avait aucune avancée notable.
La délégation ministérielle congolaise était tenue d’obtenir, contre vents et marées la libération de 92 pêcheurs congolais arrêtés par les Ougandais dans les eaux du lac Edouard et gardés en détention administrative en Ouganda où ils sont sommés de payer des amendes conséquentes avant toute libération. Il y a aussi 25 canots à moteurs, 25 pirogues à hors bord et 12 pirogues simples saisis sur le lac Edouard par la marine ougandaise.
Il est aussi question de régler la problématique de la démarcation de la frontière liquide entre la RDC et l’Ouganda, sur le lac Edouard là où il n’y a pas des bornes-frontières pour indiquer de quel côté du pays l’on se trouve. Comme on le sait, la plupart des pêcheurs témoignent qu’ils ont des altercations avec la Marine ougandaise dans les profondeurs des eaux congolaises que les Ougandais ont violées.
La Marine ougandaise abusant de l’absence de démarcation entre les deux pays prétend toujours être sur son territoire et attaquer toute embarcation des pêcheurs de la RDC. Il s’agit pourtant du territoire congolais que les Ougandais n’ont de cesse de violer systématiquement.
La réaction militaire en face doit être dans la même proportionnalité pour se faire respecter. Comme lorsqu’il y avait eu ces affrontements entre les deux Marines avec mort d’hommes du côté de l’Ouganda, 5 militaires tués et plusieurs blessés graves. A la suite de quoi, la Marine ougandaise a déferlé sa colère sur le lac Edouard par des représailles qui ont eu comme bilan 12 morts du côté des pêcheurs congolais, 92 pêcheurs enlevés et des embarcations des Congolais.
Rien n’indique que la paix sur le lac Edouard est pour demain pour que les pêcheurs congolais artisanaux puissent reprendre en toute quiétude leurs activités suspendues depuis par la force de ces événements. Ce n’est pas la première fois que la RDC et l’Ouganda se disputent les ressources du lac Edouard. Sous les eaux il y a l’or noir qui doit être exploiter par la règle de ZIC, " Zone d’intérêt commun ". L’Ouganda produit déjà son pétrole de la ZIC, ce qui n’est pas le cas du côté de la RDC. Là aussi les deux gouvernements ne sont jamais parvenus à un accord. Mêmement pour la démarcation de la frontière liquide du lac Edouard où il est signalé des incidents avec mort d’hommes.
KANDOLO M.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top