Liens commerciaux

0
*En République démocratique du Congo, le MLC tient son troisième congrès, son premier depuis la libération de son leader Jean-Pierre Bemba. L’ancien vice-président congolais a été acquitté en appel par la Cour pénale internationale, début juin alors qu’il avait été condamné à 18 ans de prison en première instance pour les exactions de sa milice en Centrafrique en 2002 et 2003. Depuis sa libération, Jean-Pierre Bemba vit en Belgique. Il est en liberté provisoire, car toujours sous le coup d’une autre condamnation pour subornation de témoin. Reste à connaître les détails de sa peine dans cette affaire, pour savoir s’il pourra bien représenter le MLC lors de la présidentielle de décembre. Les élections législatives et provinciales aussi sont au cœur du congrès du parti.
Le troisième conseil des représentants du MLC, le Mouvement de libération du Congo, est appelé congrès de la requalification et de l’orientation du parti « pour une alternance crédible ». Dans son discours d’ouverture, Eve Bazaiba, secrétaire générale du parti, a fustigé ce qu’elle appelle l’« intrusion illégale de la machine à voter » dans le processus électoral. Elle a également critiqué la qualité de l’actuel fichier électoral avec environ 10 millions d’enrôlés qu’elle considère comme fictifs. Eve Bazaiba s’est longuement appesantie également sur les ambitions de son parti.

Elle a déclaré que le MLC est « debout et apte à conquérir le pouvoir de manière démocratique ». Pendant ce congrès, Jean-Pierre Bemba, absent du pays, devrait être investi candidat à la prochaine présidentielle. La secrétaire générale du parti de Bemba espère aussi que les participants à ce congrès travailleront avec sérieux sur les critères de sélection des candidats pour tous les scrutins. Elle a proposé qu’un seuil électoral soit instauré au sein du MLC dans chaque circonscription pour « permettre au directoire du parti de disposer d’un véritable tableau de bord pour les échéances prochaines ».

C’est la troisième fois que le MLC tient son congrès après celui de 2006 et de 2011. Plusieurs centaines de militants venus de l’intérieur et de l’extérieur du pays participent à ces travaux dans cette salle où les effigies de Bemba sont presque partout.

Rfi (le titre est de la rédaction)*
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top