Liens commerciaux

0
* Sans pour autant se décourager, Joseph Olenghankoy fait ce qui est humainement possible pour mener à bon port cette importantissime évaluation du processus électoral...

Selon des sources contactées dans l’immeuble de la Territoriale, à un jet de pierres du Palais du peuple où se déroulent les travaux de la tripartite CNSA-Gouvernement-CENI, les délégués de la Majorité présidentielle mettraient à rude épreuve les nerfs des autres participants à ces assises devant évaluer le processus électoral dans son volet "mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016".

Renseignements pris, les membres du gouvernement devant siéger aux travaux des commissions notamment " Décrispation politique et processus électoral " auraient reçu, selon les mêmes sources, l’ordre de disposer d’un mandat avant tout. Seulement on en est encore à chercher de qui émanerait ledit mandat. L’objectif serait d’avoir à l’usure ceux qui espèrent tirer quelque chose de salutaire dans cette évaluation.
Selon toute vraisemblance, l’initiative d’avoir un mandat viendrait d’un membre du CNSA étiqueté MP. Le but, explique-t-on, serait de "jouer avec les nerfs des autres membres du Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint sylvestre et du processus électoral qui eux ne travailleraient que pour l’intérêt général".
Du coup, note-t-on, l’idée aurait gagné nombre de délégués dans le seul but de dérayer le train des travaux. "La stratégie poursuivie est de bloquer les travaux", aurait confié, selon des sources à l’immeuble de la Territoriale, un délégué. Des observateurs ne s’expliquent pas cette exigence d’avoir un mandat dûment signé dès lors que la plénière des travaux de la tripartite avait procédé avant toute chose à la validation des listes des composantes (CNSA-Gouvernement-Céni).
La vérité est à chercher ailleurs. L’évolution des discussions ne serait pas du goût de ceux qui ont mis le curseur sur l’application partielle de l’Accord de la Saint sylvestre. Eux ne se voient pas assumant le rapport final desdits travaux assorti des résolutions contraignantes. On feint ainsi d’ignorer que toute manoeuvre dilatoire visant à retarder le processus électoral ou à entraver la bonne application de l’Accord du 31 décembre 2016 ferait tanguer le pays.
Un homme, au-delà de toutes ces intrigues et combines anti patrie, maintient le cap. Joseph Olenghankoy est loin de se démonter encore moins de baisser les bras. Lui est investi de la mission de faire accoucher, en douceur, les travaux de la Tripartite assortis des résolutions devant baliser la voie encore sinueuse menant aux élections tant attendues du 23 décembre 2018. En bon capitaine, Jeff ne cesse de remonter le moral de la troupe dont certains éléments seraient sur le point de craquer.
Aux uns et autres, Olenghankoy demande à regarder à l’intérêt supérieur du pays. La suite nous dira si le président du CNSA sera suivi, tant les forces qui agissent dans les coulisses de l’immeuble de la Territoriale paraissent déterminées à faire passer leur dessein. Même alors, quel que soit le résultat à l’issue des travaux, l’histoire retiendra que le Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint sylvestre et du processus électoral aura jouer sa partition. Jusqu’au bout. Didier KEBONGO
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top