Liens commerciaux

0
* Le successeur de feu Etienne Tshisekedi dépose ce jour sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain.

Toutes les sources contactées hier dans la soirée sont formelles. Sauf changement de dernière minute, le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi, dépose son dossier de candidature à la présidentielle de décembre 2018, ce mardi 7 août, au siège national de la Ceni.

Ces mêmes sources affirment qu’un appel a été lancé aux cadres, combattants et sympathisants de l’UDPS à se mobiliser pour accompagner le président Félix Tshisekedi pour le dépôt de sa candidature.
Le parti cher à feu Etienne Tshisekedi a à cœur de faire une démonstration de force dans la ville, à l’instar du triomphe populaire de Jean-Pierre Bemba le 1er août lors de son retour à Kinshasa. C’est le combat à distance entre ces deux poids lourds de l’opposition.
L’UDPS va chercher à prouver à l’opinion d’abord qu’il est le parti le plus populaire dans la capitale. Son président, Félix Tshisekedi, après le test grandeur nature réussi lors de son meeting du 24 avril dernier à la Place Ste Thérèse à Ndjili, doit confirmer l’ancrage de son parti dans la l’opinion en se faisant accompagner d’une foule nombreuse ce matin lors du dépôt de sa candidature à la présidentielle. Puisqu’on a sonné la mobilisation générale à l’UDPS, selon différentes sources, la capitale devrait vivre une chaude ambiance ce 7 août. Question de prouver au MLC de Bemba que l’UDPS et son leader Fatshi caracolent en tête de partis de l’Opposition, en termes de popularité. Pour cela les "combattants" promettent de démontrer leur emprise sur Kinshasa, en drainant un monde fou en plein boulevard.
Et ce, en dépit des dispositions légales rapellées par le président de la Centrale électorale à l’intention des candidats aux différents scrutins du 23 décembre. A savoir que "les infrastructures de la CENI sont inviolables. Le dépôt des candidatures n’est pas à confondre avec la campagne électorale qui, elle, est bien réglementée et interviendra au mois de novembre conformément au calendrier électoral. La CENI ne tolérera jamais la présence de vos militants devant les BRTC, limite acceptable 200m".
Au niveau de la police de la ville de Kinshasa, des dispositions sécuritaires ont été renforcées depuis l’ouverture de l’unique bureau ouvert au siège de la Ceni pour la présidentielle. Un espace de 50 mètres carrés aux extrêmes gauche et droite de la Centrale électorale est interdit au passage des piétons. De même, la partie du boulevard du 30 juin qui longe la Ceni n’est accessible que sur deux bandes pour les véhicules. Pour la journée de ce mardi, des observateurs estiment que des dispositions sécuritaires doivent être encore plus renforcées. MOLINA/DK
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top