Liens commerciaux

0
*’’Sa désignation comme Candidat n’est pas un défi lancé vis-à-vis de l’Union Européenne. En plus, elle n’énerve pas la violation de la Constitution et les lois de la République Démocratique du Congo’’, prévient, ici, Alain Lubamba wa Lubamba. Comme pour dire que rien ne pourrait empêcher Emmanuel Ramazani Shadary de concourir à la succession de Joseph Kabila Kabange, le 23 décembre 2018.

En réalité, ‘’la désignation d’Emmanuel RAMAZANI SHADARY, Vice-Premier Ministre honoraire en charge de l’Intérieur et Sécurité comme candidat pour le compte de la grande famille politique et électorale FCC ne gêne ni les membres de l’Union Européenne, ni le peuple Congolais, ni encore moins sa plateforme politique pour des raisons simples’’, explique Alain Lubamba wa Lubamba, Député issu de Kabinda, dans la Province de la Lomami et qui, en même temps, est Vice-Président de la Commission des Relations Extérieures de l’Assemblée Nationale. Selon lui, en effet, il faudrait d’abord retenir que la RDC est dans le cadre de ses relations diplomatiques en présence, d’une part, de chacun des 28 Etats membres de l’Union Européenne qui sont souverains et, d’autre part, de l’Union Européenne, une organisation régionale autonome dont les positions n’engagent nécessairement pas les Etats membres.

En plus, le droit des gens ou les Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des Nations et des Souverains qui désigne, soit les droits minimums accordés aux peuples étrangers pris individuellement, soit le droit des Nations étrangères prises collectivement, ont beaucoup influencé le droit diplomatique et consulaire à tel point que M. Emmanuel RAMAZANI SHADARY, sujet de droit international, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, sera, logiquement, apprécié par rapport à sa conscience individuelle et sa pensée politique, non pas en tant qu’ancien membre de l’équipe gouvernementale (Vice-Premier Ministre et Ministre Honoraire en charge de l’Intérieur et Sécurité).

Voilà pourquoi, le candidat indépendant plébiscité par le Front Commun pour le Congo, FCC en sigle, sera désormais évalué avec exactitude et partialité par l’opinion tant nationale qu’internationale sur base de ses facteurs épistémologiques : son savoir-être, son savoir-faire, son faire-savoir, son faire-faire-savoir ainsi que ses variables classiques qui sont son portrait et son expérience avérée qui renseignent qu’il n’est pas un arriviste, un parachuté et qu’il est un universitaire de pure espèce avec un parcours bien connu et appréciable.

Emmanuel SHADARY qui, de l’avis de l’Honorable Alain Lubamba wa Lubamba, est un Homme au contact facile et connaisseur du Congo profond et de ses vrais problèmes, de par son expérience dans la territoriale, va donc convaincre les électeurs potentiels avec sa vision concrète sur les questions de politique nationale et sur le rôle que la RDC est appelée à jouer dans le monde face aux enjeux de la sécurité internationale menacée à ce jour, une fois élu.

Donc, ‘’son attitude et son discours politique vont, par contre, concourir à ce que les sanctions de l’Union Européenne qui courent jusqu’au 12 décembre 2018 soient levées surtout qu’il n’a jamais versé dans les crimes imprescriptibles : crimes contre l’humanité, crimes de guerre ou d’agression, crimes de génocide’’, conclut-il. Dans cette édition, découvrez, ci-dessous, l’essentiel de l’argumentaire de l’Honorable Lubamba qui, au propre comme au figuré, évacue les contrevérités sur cette affaire de sanctions dont se sont servis plusieurs analystes, pour tenter, désespérément, de lui jeter de l’anathème depuis qu’il a été désigné, le 8 août dernier, comme candidat indépendant que le Front Commun pour le Congo soutiendra, mordicus, lors des joutes électorales du 23 décembre 2018.

LPM





Sanctions de l’Union Européenne contre Emmanuel RAMAZANI SHADARY,

L’Honorable Alain LUBAMBA fixe l’opinion



La décision d’exécution du Conseil Européen concernant l’adoption des mesures restrictives à l’encontre de la RDC avait également porté sur les sanctions contre l’Honorable Emmanuel RAMAZANI SHADARY alors qu’il exerçait les fonctions de Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur et Sécurité, comme responsable des services de police, de sécurité ainsi que de la Coordination du travail des Gouverneurs des provinces.

Ces sanctions qui courent jusqu’au 12 décembre 2018 consistent en un gel des avoirs et une interdiction de visa pour les pays de l’Union Européenne. Il est important de noter que ces sanctions sont essentiellement politiques et ne relèvent nullement du principe ERGA OMNES. Outre, celles qui peuvent être guidées par les intérêts de ceux qui les initient, ces sanctions ciblées généralement prises pour contribuer à faire changer le comportement des responsables politiques à travers des actes qu’ils posent au quotidien en rapport avec les matières intéressant la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’Homme, la liberté de la presse…

La désignation d’Emmanuel RAMAZANI SHADARY, Vice-Premier Ministre honoraire en charge de l’Intérieur et Sécurité comme candidat pour le compte de la grande famille politique et électorale FCC ne gêne ni les membres de l’Union Européenne, ni le peuple Congolais, ni encore moins sa plateforme politique pour des raisons suivantes :

1. La RDC est dans le cadre de ses relations diplomatiques en présence, d’une part, de chacun de 28 Etats membres de l’Union Européenne qui sont souverains et, d’autre part, de l’Union Européenne, une organisation régionale autonome dont les positions n’engagent nécessairement pas les Etats membres.


2. Le droit des gens ou les Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des Nations et des Souverains qui désigne, soit les droits minimums accordés aux peuples étrangers pris individuellement, soit le droit des Nations étrangères prises collectivement, ont beaucoup influencé le droit diplomatique et consulaire, au point où Monsieur Emmanuel RAMAZANI SHADARY, sujet de droit international, candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, sera apprécié par rapport à sa conscience individuelle et sa pensée politique, non pas en tant qu’ancien membre de l’équipe gouvernementale (Vice-Premier Ministre et Ministre Honoraire en charge de l’Intérieur et Sécurité).


En conséquence, le candidat indépendant plébiscité par le Front Commun pour le Congo, FCC en sigle, sera désormais évalué avec exactitude et partialité par l’opinion tant nationale qu’internationale sur base de ses facteurs épistémologiques : son savoir-être, son savoir-faire, son faire-savoir, son faire-faire-savoir ainsi que ses variables classiques qui sont son portrait et son expérience avérée qui renseignent qu’il n’est pas un arriviste, un parachuté et qu’il est un universitaire de pure espèce avec un parcours bien connu et appréciable.



Emmanuel SHADARY, Homme au contact facile et connaisseur du Congo profond et de ses vrais problèmes, de par son expérience dans la territoriale, va donc convaincre les électeurs potentiels avec sa vision concrète sur les questions de politique nationale et sur le rôle que la RDC est appelée à jouer dans le monde face aux enjeux de la sécurité internationale menacée à ce jour, une fois élu.



En toute logique, son attitude et son discours politique vont donc concourir à ce que les sanctions de l’Union Européenne qui courent jusqu’au 12 décembre 2018 soient levées surtout qu’il n’a jamais versé dans les crimes imprescriptibles : crimes contre l’humanité, crimes de guerre ou d’agression, crimes de génocide.



Nous pensons, à travers cette analyse, éclairer la lanterne de tous ceux qui se préoccupent sur le fait que le Front Commun pour le Congo et son Autorité morale ont plébiscité l’Honorable Emmanuel RAMAZANI SHADARY, comme Candidat unique de la famille politique autre que celle de l’Opposition.



Ainsi, sa désignation comme Candidat n’est pas un défi lancé vis-à-vis de l’Union Européenne. En plus, elle n’énerve pas la Constitution et les lois de la République Démocratique du Congo.



Hon. Alain LUBAMBA WA LUBAMBA



Député National

Vice-Président de la Commission chargée des Relations Extérieures

Semaine des listes provisoires. Présidentielle 2018 : des frissonnements à l’horizon !
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top