Liens commerciaux

0
*Le parquet belge de Halle-Vilvoorde a ouvert hier, une information judiciaire à l’encontre de l’ancien gouverneur du Katanga pour faux en écriture

On croyait que Moise Katumbi était au bout de ses ennuis judiciaires. Erreur. Après la série d’affaires inscrites par la Justice congolaise, voilà que la Justice belge commence à s’intéresser, à son tour, à l’ancien gouverneur du Katanga. D’après Jeune Afrique parue hier lundi 27 août, le parquet belge de Halle-Vilvoorde vient d’ouvrir une information judiciaire. Un ennui judiciaire de plus dont le leader de Ensemble pouvait bien se passer.

Le feuilleton judiciaire à l’encontre de Moïse Katumbi est reparti de plus belle en Belgique après l’ouverture d’une information judiciaire pour faux en écriture publique. Cette affaire fait suite à l’interpellation du leader de la plateforme Ensemble par la Police fédérale qui lui avait confisqué son passeport avant de le transmettre au Parquet de Halle-Vilvoorde.
Cette information a été confirmée à Jeune Afrique par le substitut du procureur du Roi au Parquet de Halle-Vilvoorde, Gilles Blondeau qui a indiqué : " Je vous confirme que le Parquet vient d’ouvrir une information judiciaire pour " faux en écriture publique " à l’encontre de Moïse Katumbi ". En cause : " Une partie de son passeport a été estimée comme faux".
Et de poursuivre : " Le passeport en question a été confisqué par mon office. Nous le détenons toujours. Vu qu’il a été falsifié, il ne sera pas rendu à l’intéressé".
Pour rappel, Katumbi avait été brièvement interpellé, le 14 juin dernier par la Police de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem. " La page d’identité de son passeport n’est pas authentique ", avait alors précisé à Jeune Afrique Dominique Ernould, porte-parole de l’Office des étrangers - une administration placée sous la tutelle du ministère belge de l’Intérieur. " L’originale a été changée et remplacée par une autre", avait-il précisé.
En attendant, il avait bénéficié des autorités d’un délai de quinze jours qui lui avait alors été accordé par les autorités belges afin de " produire un document de voyage officiel et authentique ". Selon la même source, à l’issue de ce délai, l’Office des étrangers avait indiqué le 6 juillet dernier, n’avoir " enregistré jusqu’à présent aucune réaction ou démarche de sa part ". " On peut donc dire qu’il est actuellement en séjour illégal ", concluait l’administration.
Selon l’’agence de presse Belga, citant une information du quotidien flamand HetLaatsteNieuws, de retour en jet privé d’un déplacement en Israël, Moïse Katumbi s’apprêtait à embarquer pour Moscou afin d’assister au match d’ouverture de la Coupe du monde, lorsqu’il a été interpellé par la Police belge. En contrôlant son passeport, les policiers ont découvert qu’" une fausse page d’identité " y avait été jointe, a-t-on indiqué
Moïse attend d’être notifié
En attendant, le cabinet de Moïse Katumbi se dit non encore saisi par la justice belge. Selon son directeur de cabinet Olivier Kamitatu joint par POLITICO.CD, Moïse Katumbi n’a pas encore été notifié avant d’ajouter : "A ce stade, aucune information car, nous ne sommes pas saisis. Et vous comprendrez qu’on ne peut réagir sérieusement de manière claire, précise et complète sur base d’un article de presse".
Il sied de rappeler que l’avocat de Katumbi, Me Eric Dupont-Moretti, avait estimé lors d’une conférence de presse "qu’on a déjà trois procédures judiciaires ; on ne va pas en rajouter une qui n’existe pas". Emma MUNTU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top