Liens commerciaux

0
L’Eglise catholique de la République démocratique du Congo tient à la transparence des élections du 23 décembre 2018.Déterminée à s’assurer de la vérité des urnes, elle vient de mobiliser 40.000 observateurs qu’elle entend déployer, le moment venu, à travers le territoire national.C’est du moins l’essentiel de la déclaration de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), diffusée le lundi 27 août dernier.

Dans cette communication qui porte la signature de Mgr Marcel Utembi et de l’abbé Donatien Nshole, respectivement Président et Secrétaire général de la CENCO, le clergé catholique dresse l’état des lieux du processus électoral en cours. Une évaluation qu’elle a récemment élaborée et présentée au Conseil de sécurité des Nations Unies.

LA NECESSITE D’ACCREDITER LES OBSERVATEURS
Invitée à la demande du président du Conseil de sécurité, à brieffer les membres de cette institution onusienne sur le processus électoral en RDC, la délégation de la CENCO a révélé qu’elle est déjà prête à déployer 40.000 observateurs à court terme et 1.026 à long terme pour la couverture du scrutin. Une manière pour le clergé catholique du Congo de s’assurer du bon déroulement des élections.
C’est dans cette optique que la hiérarchie catholique de la RDC sollicite déjà auprès de la CENI’’l’accréditation de ces observateurs qui seront bien formés’’. Attentive à cette opération prévue, selon le calendrier électoral, du 8 novembre au 10 décembre, la Cenco prie la Centrale électorale de lui ’’faciliter cet important travail qui contribuera, sans doute, à l’apaisement du climat postélectoral’’.
Pour la Cenco, la CENI et le Gouvernement congolais sont tenus de ’’faciliter l’observation des élections aux organisations nationales et internationales qui en ont la compétence et qui expriment le vœu de participer au rendez-vous électoral du 23 décembre 2018. Ce qui est une preuve que l’on n’a rien à cacher tout au long de ce processus’’. Aux dires des signataires de la déclaration des évêques congolais, ’’la crédibilité des élections en dépend pour beaucoup’’.

PARACHEVER LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE LA SAINT-SYLVESTRE
Les prélats catholiques saluent dans ce cadre l’action posée par le Président de la république, Joseph Kabila, qui a désigné récemment son candidat à présidentielle du 23 décembre prochain.
Ils exhortent cependant les gouvernants de parachever la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre, notamment en appliquant le reste des mesures de décrispation. "Que l’on évite de forcer l’interprétation des lois et de manipuler la justice, dans le but d’exclure de façon arbitraire certains candidats de la compétition électorale. Les élections non-inclusives constitueront un préjudice au processus de la pacification du pays", ont estimé les évêques, faisant notamment allusion à Moïse Katumbi qui a été empêché de déposer sa candidature.

LES RECOMMANDATIONS DE LA CENCO
Toutefois, pour garantir un processus électoral apaisé, la Cenco recommande à la CENI et au Gouvernement, de ’’publier le plus tôt possible les listes provisoires des personnes enrôlées, afin de rassurer le peuple congolais de l’effectivité des personnes enrôlées sans empreintes digitales’’.
Les évêques congolais suggèrent, enfin, la recherche d’un consensus pour l’utilisation ou non de la machine à voter, en favorisant des concertations tripartites entre la Cenco, l’Opposition et la Majorité autour des experts. Emma MUNTU et Yves KALIKAT
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top