Liens commerciaux

0
Les conducteurs des taxi-motos de la 11ème rue, à Limete, sont aux anges. Ils jubilent en apprenant qu’ils peuvent désormais se faire soigner gratuitement. C’est du moins ce que leur a annoncé le week-end dernier Héritier Mbala,leur tout nouveau président.

Plébiscité lors d’une réunion tenue il y a un mois sur cette avenue du Quartier industriel, après l’éjection du comité précédent, le nouvel élu a présenté son premier rapport d’évaluation devant ses administrés le samedi 11 août… à la satisfaction générale.Devant un parterre d’une quarantaine de membres de sa corporation, Héritier Mbala s’est voulu transparent.
"Quatre semaines après son élection à l’unanimité, il nous a montré la toute première somme mensuelle de son mandat, fruit de la collecte des membres de l’association. Notre joie était au comble lorsqu’il nous a fait part du montant mobilisé : une première dans l’histoire de notre corporation", nous relate Jacques K., un chauffeur de taxi moto surnommé ’’Père double’’.

ACCES AUX SOINS MEDICAUX
"De tous les présidents des motocyclistes qui assurent le transport en commun à la 11ème rue côté industriel, Héritier Mbala est le seul à avoir mobilisé un montant aussi consistant en un mois et à en avoir fait part à tous les membres qui l’ont porté au pouvoir", commente ’’Père double’’.
"Par ailleurs, note un autre conducteur, le nouveau président a innové en scellant un partenariat avec un centre médical environnant. A dater de ce jour, tout conducteur de moto de la 11ème rue est habilité à se faire soigner en tout moment dans ce centre médical, sans débourser le moindre frais. Il en est de même pour les membres de sa famille de premier degré".

PRIVILEGIER LA SANTE DES CONDUCTEURS
Bien entendu, une telle nouvelle n’a pu que susciter des scènes de liesse dans le milieu des ’’wewa’’ (sobriquet attribué par les Kinois aux conducteurs des motos). "De telles choses, on en a jamais vu ni ici à la 11ème rue, ni dans toute la capitale, encore moins ailleurs dans le pays. Je suis toutefois d’avis que cette innovation fera école partout ailleurs", nous a soufflé un chauffeur de moto.
"En fait, éclaire un observateur, Héritier Mbala tâche de mutualiser les efforts de ses confrères, en canalisant les fonds de collecte quotidienne vers ce qu’il estime une priorité de son mandat : ’’la santé de ses administrés’’. Il tâche quelque peu de faire de sa corporation une mutuelle. Grâce à ce partenariat, il pourra désormais prendre en charge leurs frais médicaux en puisant dans la caisse de la mutuelle".

SOIGNER L’IMAGE DE LA CORPORATION
Les chauffeurs des taxi-motos de la 11ème rue sont ainsi fiers du premier bilan de gestion que vient de présenter leur nouveau président. Ils saluent à cet effet l’appel à l’ordre qu’il a fait ce week-end à l’égard de certains conducteurs récalcitrants qui se plaisent à ternir l’image de la corporation.
Héritier Mbala a notamment interpellé ces jeunes recrues qui s’illustrent par leur indiscipline à l’égard de leurs aînés, voire de leurs patrons. Il a particulièrement admonesté ceux qui manquent de respect à l’égard de leurs clients, leur proférant des injures à longueur de journée.
Le nouveau président a également tempêté sur ces conducteurs qui se pointent au travail en babouche ou avec des tenues incommodes, indécentes… et qui négligent leur hygiène corporelle. Aux récalcitrants, il promet de sanctions sévères.
Yves KALIKAT
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top