Liens commerciaux

0
Une messe d’action de grâce a été dite hier mercredi 19 septembre en la Cathédrale Notre Dame de Lingwala en mémoire des victimes des 19 et 20 septembre 2016. C’est le mouvement citoyen ECCHA (Engagement Citoyen pour le Changement) qui a initié ce office religieux auquel se sont associés d’autres mouvements citoyens et des opposants.

Le Secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Jean-Marc Kabund, a estimé qu’il s’agissait là d’un souvenir tragique autant pour son parti que pour les autres. « L’UDPS est le parti qui a enregistré le plus de victimes durant ces affrontements qui avaient fait plusieurs morts », a-t-il déclaré à Actualite.cd.
"Le parti politique qui a perdu plus de membres ce jour-là, au-delà de ceux qui étaient tués dans les rues de Kinshasa, c’est l’UDPS. Nous avons perdu 7 personnes, calcinées dans notre permanence. C’est donc un jour mémorable pour nous.
L’unique manière d’honorer ces victimes du 19 septembre 2016 est de ne pas abandonner le combat », a renchéri Jean-Marc Kabund.
"Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout, à mener ce combat jusqu’à la victoire finale. C’est l’unique manière de les honorer. Et, là où ils sont, je pense que l’eau de ruissellement leur apportera la bonne nouvelle ", a soutenu le SG de l’UDPS.

KATUMBI SALUE LA MEMOIRE DES VICTIMES
Le leader de la plateforme Ensemble a réagi hier mercredi par un communiqué qui a été relayé par plusieurs sources. "Aujourd’hui, j’appelle mes sœurs et mes frères à leur rendre hommage, à prier pour ces martyrs et à poursuivre leur lutte, mais fermement ", a ajouté Katumbi dans ledit communiqué.
L’ancien Gouverneur du Katanga a rendu hommage aux victimes des ces journées en ces termes : "Il y a deux ans, le 19 septembre 2016, à l’occasion de manifestations pacifiques réclamant la convocation de l’élection présidentielle, prévue par la Constitution en décembre 2016, plus de 50 compatriotes congolais perdaient la vie et des centaines étaient blessées".
"En plus de ces morts et blessés, des centaines de manifestants pacifiques étaient arrêtés injustement. La plupart d’entre eux sont toujours enfermés, sans jugement ni possibilité de se défendre", a-t-il indiqué.
De ces violences, le gouvernement avait fait état d’au moins 17 personnes, dont 3 policiers tués à Kinshasa, alors que Human Rights Watch avait parlé au total d’au moins 44 morts.
Outre Jean-Marc Kabund, plusieurs opposants dont Martin Fayulu, Delly Sesanga, Moïse MoniDela, Henriette Wamu, … ont été présents à cette célébration eucharistique. Emma MUNTU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top