Liens commerciaux

0
* "L’histoire bascule parfois de façon imprévisible… "

La désignation de l’Honorable E. Ramazani Shadary, comme candidat Président de la République du Front Commun pour le Congo (FCC) a surpris tout le monde et laissé cours à diverses spéculations… Et, le moins que l’on puisse affirmer est que ce choix historique, dans un contexte de pression politique internationale et régionale suspecte, procède de l’orientation stratégique opérée par l’actuel Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Lui qui, depuis un temps, s’est résolu d’engager la République Démocratique du Congo sur le chemin de l’autodétermination nationaliste et patriotique. C’est un défi historique majeur à relever.

Il faudrait alors rappeler que le placement des acteurs nationaux dans un certain ordre international cynique et affairiste a fini par instaurer toutes les conditions d’un Etat failli au cœur de l’Afrique. Ces intendants d’infortune de l’ordre international n’avaient comme mission que la pérennisation des rapports d’exploitation et de vassalité qui plongent la population congolaise dans une misère noire décriée par tous. Qu’on ne s’étonne pas que les fameux Etats du " Tiers- Monde " - concept en voie de disparition- continuent à s’enliser dans la dépendance et la domination d’une certaine Communauté internationale ! Et, dans ces conditions, le vrai développement intégral ne peut être que leurre et illusion, malgré de nombreuses richesses naturelles de ces Etats dits du Tiers Monde. Samir Amin en avait fait une pertinente démonstration dans sa " Théorie de la dépendance et sous- développement " !
Et la démocratie telle que vantée et proclamée par l’Occident, dans un tel contexte, ne peut être qu’une démarche esthétique consacrée par un mimétisme institutionnel ! Pas étonnant que les peuples africains, après un demi-siècle d’indépendance, continuent à croupir dans une pauvreté infligée par une certaine Communauté internationale.
Devant cette chaine de domination et d’exploitation, le pouvoir congolais, sous le leadership de Joseph Kabila ose courageusement amorcer le processus de rupture de deux maillons importants de cette subjugation. Notamment :
- La politique de dépendance. Ce qui justifie la volonté exprimée et assumée du Gouvernement congolais de prendre seul en charge le financement intégral des élections générales de décembre 2018 ;
- La politique de reproduction et de rotation de l’élite dirigeante du Pouvoir d’Etat. Ce qui justifie la stratégie discrétionnaire et souveraine de désignation d’Emmanuel Ramazani Shadary, qui est le pur produit d’une vision nationaliste et patriotique du Front Commun pour le Congo ! Il n’est donc pas un maillon de la chaîne de dépendance et de domination. C’est cela la rupture vis-à-vis de l’ordre néocolonial qui prétend régenter et dominer les relations avec l’Afrique en général et le Congo en particulier !
Cette rupture, gage de l’autodétermination, constitue aux yeux des forces nationalistes, la seule voie possible vers l’émergence. Et notre conviction est que l’émergence du Congo passe par la réappropriation du destin collectif par les Congolais eux- mêmes ! Et, pour réussir, les Congolais doivent se dépouiller de ce "syndrome du colonisé" qui les drape !
Et Emmanuel Ramazani Shadary est la personnification de ce nouvel "acteur" de la rupture. Il tire sa légitimité, non pas d’une machination extérieure, mais plutôt de l’aboutissement d’une démarche nationaliste pleinement assumée. Il est le produit d’une conscience historique agissante, autodéterminant et brisant les liens de la vassalité et de la servilité internationales.
Né en 1960, année de l’indépendance, consacrée par la victoire des forces nationalistes et le rejet de l’ordre colonial belge, le cursus scolaire, universitaire et son parcours professionnel font de lui un véritable "Homo Novus", comme Cicéron sous l’Empire romain !
- Il connait les réalités rurales pour les avoir vécues ;
- Il connait les conditions de vie de différentes classes sociales pour les avoir vécues ;
- Il connait les affres de la dictature, pour les avoir vécues et combattues en tant que Jeune activiste de la société civile (à côté d’une forte personnalité que fut Mgr Paul Mambe du Diocèse de Kindu)
- Il connait le sens de la révolution pour avoir su accompagner Mzee LD Kabila en qualité de Vice- Gouverneur et Gouverneur de Province !
C’est un Homme, produit, façonné, conditionné par les réalités congolaises et dont l’action, dépouillée de toute pesanteur sectaire et mercantiliste, se définit comme la négation de toute aliénation étrangère. Il n’est que Congolais et rien d’autre ! Il n’aime que le Congo ! Il a étudié au Congo et n’a servi que le Congo !
Son background est la synthèse des contradictions évolutives de l’Histoire du Congo. Car étant lui- même la synthèse de deux cultures :
- Arabe : Ramazani c’est-à-dire Ramadan, Jeûne ou ascèse ;
- Judéo-chrétienne : Emmanuel veut dire Dieu est avec nous, lumière pour certains car Dieu est Lumière !
Nous laissons aux philosophes et sages du symbolisme les soins d’interpréter d’autres sens et significations.
Le Mouvement Libéral (ML), parti politique cher à l’Honorable Thomas Luhaka ; un des grands chantres du nationalisme pragmatique, estime qu’au-delà du tournant qu’il représente dans l’Histoire politique immédiate, Emmanuel Ramazani Shadary symbolise la primauté de la vision nationaliste, la rupture avec les conceptions aliénantes du pouvoir, la conquête de l’autodétermination. Et enfin, l’engagement à poursuivre et à consolider les acquis positifs incontestables de 17 ans du pouvoir de Joseph Kabila Kabange : pacification, réunification, réconciliation, démocratisation et reconstruction !
C’est pourquoi, le ML, parti politique membre de la Majorité Présidentielle et de l’Action Dans l’Unité (ADU) , s’inscrit dans une perspective de mobilisation générale afin de conduire à la victoire de Shadary :
- Elle rassure la poursuite d’un dessein collectif en rassemblant les énergies et les intelligences nationalistes ;
- Elle rassure la jeunesse congolaise, sans avoir étudié en Europe, il est possible de servir son pays au plus haut niveau ;
- Elle rassure la jeunesse engagée, seul le véritable combat paie en politique ;
- Elle rassure les nationalistes, le combat pour l’indépendance effective et la souveraineté du Congo ainsi que la passion pour le pays vont se poursuivre ;
- Elle rassure enfin l’ensemble du Peuple congolais, seuls les intérêts du pays seront privilégiés !

Kinshasa Octobre 2018
Bony YEMBA POYO
Secrétaire Général Adjoint du ML ;
Coordonnateur Technique de l’ADU.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top