Liens commerciaux

0

La phase de plaidoirie se poursuit dans l’affaire opposant le Ministère public aux trente-six présumés terroristes du mouvement insurrectionnel Kamwina Nsapu branche de Kinshasa. Après les avocats de la République démocratique du Congo, défenseurs des intérêts de Banimba et consorts, hier mardi 25 septembre, c’était le tour des conseils de la veuve Okala Ndjola et de feu le commissaire principal Musabile Musabile de présenter leurs conclusions. Ils ont sollicité du tribunal des dommages et intérêts de 2.000.000 de dollar américain.

Les avocats de la veuve Okala, épouse de feu sous Commissaire adjoint Kamambunzu Timothée, sauvagement abattu le 14 juillet 2017 lors de l’attaque du Marché central de Kinshasa, invitent le tribunal à prononcer des peines prévues par la loi à l’encontre de tous les prévenus.
" Nous sommes venus solliciter du tribunal, des dommages et intérêts de 2.000.000 de dollar américain, un montant qui ne ressemble même pas à ce que coûte la vie humaine. C’est d’ailleurs un montant modique, au regard du nombre d’enfants laissés par la victime", a indiqué Me Pengo Tuzolana.

D’AUTRES PARTIES EXIGENT LA PEINE DE MORT
Contrairement à leurs prédécesseurs à la barre qui tiennent tous les prévenus pour responsables des attaques qui ont endeuillé la ville de Kinshasa entre mai et juillet 2017, les conseils du commissaire principal de la Police Musabile Musabile voient dans ces atrocités une part de responsabilité de la nation congolaise.
"Le commissaire principal Musabile Musabile fut un agent de l’Etat. Et parmi ceux qui ont commis les forfaits, on retrouve plusieurs autres agents de l’Etat dont feu le major Kaseke. Nous estimons que l’Etat congolais est civilement responsable dans cette affaire. Il doit être condamné solidairement avec les autres coupables. C’est ainsi que nous lui demandons de payer ces dommages et intérêts de 2.000.000 USD. Car, dans le box des accusés, il ne se trouve que des personnes sans ressources et criblées de dettes", a soutenu Me Senga Muteba.
Les avocats des parties civiles Banimba et consorts ont, pour leur part, demandé des dommages et intérêts oscillant entre 600.000 et 1.000.000 de dollar américain, payables en franc congolais. Après avoir rappelé minutieusement les faits à charge des prévenus, les confronter aux dispositions légales en vigueur en RDC, ces praticiens du droit ont requis la peine de mort pour tous les prévenus.
" Ceux qui ont donné la mort dans des conditions cruelles méritent la même dose de peine. La vie des prévenus ne doit pas être considérée comme étant plus importante que celle des victimes. Au-delà de la peine de mort, nous exigeons que les prévenus puissent réparer tous les préjudices commis ", ont-ils indiqué.
Pour donner plus de substance à leurs requêtes, ces avocats ont, avec l’autorisation du tribunal, convoqué à la barre quelques victimes réelles des événements de 2017 qui s’étaient constituées parties civiles dans cette affaire, dont les policiers présents au poste de Police de la 11ème rue Limeté, le 9 mai lors de l’attaque.
"Nous avons entendu des avocats de la défense crier au montage ici. Certains d’entre-eux sont même allés jusqu’à qualifier de pièce de théâtre ce procès. Nous avons tenu à leur présenter ces victimes réelles pour leur dire qu’il n’a nullement été question d’un montage", ont-ils precisé. Orly-Darel NGIAMBUKULU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top