Liens commerciaux

0
Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a insisté mercredi auprès de son homologue congolais Léonard Shi Okitundu sur la nécessité d’élections « inclusives » et « ouvertes » en République Démocratique du Congo (RDC), en marge de l’Assemblée générale des Nations unies qui se tient à New York. « Le message congolais a été très clair: ils veulent gérer seuls le processus électoral et estiment que la préparation se passe conformément aux attentes, de sorte que les élections pourront se tenir le 23 décembre », a indiqué M. Reynders après son entrevue avec M. Okitundu. « Pour notre part, nous avons fortement insisté sur la nécessité que les élections se déroulent de manière inclusive et que le débat démocratique reste suffisamment ouvert. »

Des élections doivent se tenir au Congo avec deux ans de retard. Le président Joseph Kabila ne peut plus se présenter pour un 3e mandat. Il a désigné en août l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat de la coalition au pouvoir. Mais l’opposition conteste le bon déroulement du processus électoral. Ainsi les chefs de l’opposition Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ont été exclus.

Le président Kabila a assuré mardi soir dans son allocution à l’Assemblée générale de l’ONU que le processus électoral était « irréversible » et que le scrutin se tiendrait « avant la fin de l’année ». « Nous allons tout mettre en œuvre afin de garantir des élections calmes et fiables », a-t-il déclaré, rejetant toute « ingérence » dans le processus en cours.

M. Reynders a croisé M. Kabila dans les couloirs du siège des Nations unies. « Nous examinons actuellement la possibilité d’organiser une entrevue entre le président Kabila et le Premier ministre Charles Michel, comme ce fut le cas l’an dernier », a ajouté Didier Reynders.

AFP
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top