Liens commerciaux

0
* Le candidat du FCC entame sa tournée de campagne par la ville-phare de l’espace symbolique du Grand Katanga.

C’est par des messes cultes, organisés simultanément le samedi 24 novembre à Kinshasa, qu’Emmanuel Ramazani Shadary a donné le go de sa campagne électorale. Catholiques, protestants, kimbanguistes et musulmans, tous dans leurs rituels respectifs, ont participé à la bénédiction de la campagne du candidat du FCC à la présidentielle prévue le 23 décembre prochain. Fervent croyant catholique, Emmanuel Ramazani Shadary a, lui-même, participé à l’eucharistie célébrée en la cathédrale Notre Dame du Congo, dans la commune de Gombe.

Ainsi, après avoir offert sa campagne électorale au bon Dieu, Emmanuel Ramazani Shadary entame sa croisade en provinces. L’assaut partira dès ce lundi 26 novembre, de l’ex-province du Katanga, réputé espace le plus symbolique du pays.A cette première étape de sa campagne électorale dans le Congo profond, Emmanuel Ramazani Shadary trouvera sans doute, le Haut-Katanga, le Lualaba, le Haut-Lomami et le Tanganyika en pleine mutation. Pour ne pas dire en transformation constante. Preuve, s’il en est, que l’avènement des gouverneurs Kabilistes managers à la tête de ces nouvelles provinces issues du démembrement de l’ancienne province du Katanga, a été positif.
Toujours en rapport avec le périple du candidat FCC dans l’ex-Katanga, des sources généralement bien informées, contactées hier dimanche, ont rapporté que ce n’est pas exclu que le Président Joseph Kabila, initiateur de la méga plateforme électorale Front commun pour le Congo (FCC), rehausse de sa présence, le début de campagne de son dauphin Shadary.

LA VOIE POUR UNE CAMPAGNE DE VERITE ET D’HUMILITE DESORMAIS BALISEE
Plusieurs faits ont marqué l’actualité politique de la semaine dernière en RD Congo. Entre autres, la rencontre jeudi 22 novembre, des sociétaires du FCC autour du Raïs, à sa ferme de Kingakati, située dans la bourgade Est de Kinshasa. Cette réunion organisée le jour même du lancement de la campagne électorale, avait valeur de symbole. C’était l’occasion pour l’initiateur et l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila, de donner des directives sans équivoque, au Comité stratégique et aux différents chefs de regroupements politiques membres de la mégaplateforme.
Pour l’autorité morale du FCC, la campagne électorale de leur candidat à la présidentielle doit être menée sur fond de trois lignes maîtresses. A savoir : le bilan, l’humilité et la vision. Dorénavant, la voie d’une campagne de vérité et d’humilité a été balisée à la grand’messe de la ferme présidentielle de Kingakati. Campagne de vérité d’abord, parce que pour le candidat Emmanuel Ramazani Shadary, rapporte-t-on dans les milieux de la plateforme qui porte sa candidature, il ne s’agira pas de vendre du vent. Bien au contraire. Il a un bilan à défendre. Un bilan assorti d’un actif.
Il s’agit ici, des infrastructures réalisées, des textes de lois votés dont le nouveau Code minier par le Parlement et promulgués par le Raïs. Bref, une campagne qui doit se fonder sur une logique de la continuité. Un prolongement qui n’exclut pas, cependant, la possibilité pour Emmanuel Ramazani Shadary, d’envisager des améliorations dans la gouvernance. Et dire que le Président sortant, Joseph Kabila lui-même est revenu personnellement là-dessus pour rappeler que des efforts doivent être poursuivis pour lutter contre la corruption sous toutes ses formes, la fraude fiscale, le coulage des recettes domaniales de l’Etat et l’impunité.
En ce qui concerne l’amélioration de la gouvernance, il importe de rappeler que l’Exécutif congolais vient d’expérimenter un nouveau logiciel de gestion, appelé IZI.

UNE CAMAPGNE DE REDEVABILITE
Comme dit précédemment, le FCC entend placer la campagne de son candidat, sous le sceau de l’humilité. Simplicité, parce qu’il s’agit d’une campagne de "redevabilité", de reddition des comptes à ses concitoyens. Il ne faudrait donc pas que la démagogie de certains acteurs, amène ceux qui détiennent la vérité et font preuve d’expérience avérée dans la gestion de l’Etat, à céder aux discours faciles.
A moins d’un mois de la tenue effective des élections, les membres du FCC se déclarent sereins et engagés dans la campagne avec beaucoup de simplicité. Car, comme dit ci-dessus, ils sont détenteurs d’une responsabilité de "redevabilité ?, compte tenu du fait qu’ils ont un bilan à présenter, de même qu’ils sont totalement décomplexés et confiants par rapport à ce qu’ils ont fait pour le pays.
Pour le Raïs, "Il ne s’agit donc pas de gagner les élections pour gagner, mais de gagner pour une vision" qui est l’autodétermination du peuple congolais. Comme l’a dit Lambert Mende, ministre de la Communication et médias, " le FCC battra la campagne en cours autour de la vision du Président Joseph Kabila tournée vers l’autodétermination du peuple congolais. Pour ce faire, la grande coalition électorale née au mois de juillet dernier à Kingakati se trouve en en phase avec la majorité des Congolais. Car, soulignait le Raïs : " le vrai problème que nous avons aujourd’hui est celui de savoir que la RDC nous appartient. L’indépendance doit être parachevée et la lutte de Kimpa Vita, de Simon Kimbangu, de Patrice-Emery Lumumba et de M’Zee Laurent-Désiré Kabila n’est pas encore achevée ". Grevisse KABREL
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top