Liens commerciaux

0
Antoine-Gabriel Kyungu wa Kumwanza, Coordonnateur de la plateforme Ensemble pour le changement dans la région du Grand Katanga, lance un cri d'alarme à propos de ce qu'il qualifie d'intention d'instaurer la dictature après le 23 décembre.

«C'est une grande hypocrisie et des manœuvres dilatoires qu'on peut remarquer du coté FCC. La majorité au pouvoir ne veut pas préparer les élections, mais plutôt une dictature qui ne dit pas son nom et la guerre par son comportement », a t-il dit au cours d’une conférence de presse organisée ce mercredi à Lubumbashi.

Kyungu wa Kumwanza a fait référence a son dernier séjour à Kamina, dans la province du Haut-Lomami. Toutes les activités politiques lui avaient été interdites, dit-il.

«Je suis allé à Kamina samedi 3 Novembre 2018 pour prendre langue avec l'opposition de cette contrée. Au lieu d’être accueilli par les militants de l'opposition, ces derniers se sont vus arrosés du gaz lacrymogène par la police dans l'unique objectif d’empêcher nos activités à Kamina. Je tiens non seulement à dénoncer mais à dire qu'avec ce comportement nous risquons de connaitre une campagne électorale unilatérale, uniquement à l'avantage du FCC. Nous de l'opposition, nous n'aurons pas droit au chapitre. En réalité ,il n' y aura pas de liberté d'expression ici dans le Grand Katanga. Nous sommes dans un régime de parti-Etat », a dit à ACTUALITE.CD Antoine-Gabriel Kyung wa Kumwanza.

Depuis plusieurs mois ,toutes les activités publiques de l'opposition sont interdites dans la région du Grand Katanga pour des raisons diverses. L'opposition continue à décrier ce qu'elle qualifie d’état d'exception en terme d'exercice de libertés publiques.

José Mukendi, depuis Lubumbashi
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top