Liens commerciaux

0
La chanteuse congolaise Barbara Kanam s’est dite prête à s’engager dans la vulgarisation du Protocole de Maputo, déjà ratifié par la RDC, pour permettre à la femme congolaise, principale concernée, à s’en approprier, lors d’une cérémonie tenue récemment à Kinshasa, rapportent des sources médiatiques consultées le week-end par l’ACP.



La chanteuse congolaise Barbara Kanam s’est dite prête à s’engager dans la vulgarisation du Protocole de Maputo, déjà ratifié par la RDC, pour permettre à la femme congolaise, principale concernée, à s’en approprier, lors d’une cérémonie tenue récemment à Kinshasa, rapportent des sources médiatiques consultées le week-end par l’ACP.

Mme Kanam choquée par le fait qu’en RDC, des mineures soient, jusque-là, victimes des mariages précoces, que d’autres encore soient mortes d’avortements clandestins et pire, que le planning familial soit souvent décidé sans le consentement, ni la participation de la femme, a décidé d’être la porte-parole de ces «sans-voix» afin de défendre leurs intérêts auprès des autorités.

Elle a promis de se servir de tous les moyens, y compris la musique, pour mener des plaidoyers à l’endroit des décideurs ciblés autour de la représentation féminine à tous les niveaux des instances décisionnelles dans la société.



Pour sa part, la ministre du genre, enfant et famille Chantal Safou Lopusa a soutenu l’engagement de cette artiste musicienne visant à mobiliser les femmes en vue de les amener à combattre l’ignorance de leurs droits et à les promouvoir.

Par ailleurs, le Protocole de Maputo milite en faveur notamment du droit de la femme à exercer un contrôle sur sa fécondité, à décider de sa maternité, du nombre d’enfants et de l’espacement des naissances ainsi que du libre choix des méthodes contraceptives .
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top