Liens commerciaux

0
*Plusieurs recommandations, globales et spécifiques, ont sanctionnées les travaux du 2ème Forum national sur la Décentralisation, tenue à Kinshasa du 11 au 14 décembre 2019. Les participants ont noté, entre autres, le développement des outils de planification et de gestion de la Décentralisation mais aussi l’organisation des élections municipales, urbaines et locales en République Démocratique du Congo. Le Ministre de la Décentralisation et Réformes institutionnelles qui pilotait ces assises, a livré un grand oral à l’intention des dirigeants des provinces et entités territoriales décentralisées, les exhortant à plus d’intégrité, de courage et de compétence dans l’exercice de leur mission. ‘’Partant des résultats des réflexions issues de ces travaux, si vous n’agissez pas comme leaders, c’est de la peine perdue‘’, a déclaré Azarias Ruberwa, le samedi dernier, avant que le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, représentant le Chef de l’Etat, ne clôture le forum.

C’était, en effet, une occasion pour le Ministre d’Etat d’inciter plus de 600 participants venus de toutes les provinces de la RDC à la gestion rationnelle des Entités Territoriales Décentralisées sur base d’un leadership responsable, en donnant plusieurs critères d’un bon Leader.

Grosse interpellation

En gros, selon le Ministre de la Décentralisation, l’arme la plus redoutable d’un leader est l’intégrité. Ce qui fera d’elle ou de lui une personne respectée de tous car étant dédiée à la vérité, la justice, la droiture et l’équité. Un comportement qu’il exhorte aux leaders provinciaux d’adopter aussi bien dans leur vie publique que privée. ‘’L’immoralité, abandonnez-là ! Vous avez des armes entre vos mains, soyez des modèles, ne soyez pas corrompus‘’, leur a-t-il dit, comme l’un des leurs.

Il reste convaincu que rien ne marchera tant que la corruption aura ses quartiers dans le chef des dirigeants congolais. Il leur encourage également à développer la compétence, aptitude qui s’acquiert notamment, par la lecture des lois, des stratégies et des mécanismes. ‘’Si vous êtes compétents, vous allez résister à beaucoup d’épreuves. Dans le cas contraire, vous ne saurez même pas ce qu’il faut faire pour votre population‘’. Des épreuves qu’il faudrait, cependant, surmonter avec maturité, pondération, dialogue et respect, souligne Me Ruberwa. ‘’Aucun leader sérieux n’a changé l’histoire de sa contrée sans rencontrer des épreuves sur la route‘’.



En même temps un leader doit avoir une vision, hormis tous les instruments qui peuvent être mis à sa disposition. ‘’Nous voulons voir au niveau du gouvernement central, des partenaires visionnaires. Nous sommes un grand pays au cœur de l’Afrique, vous dirigez des entités extrêmement importantes, vous avez des millions d’âmes entre vos mains, alors développez de grandes visions‘’, s’est-il adressé aux gestionnaires des provinces.

Les leaders se doivent aussi d’être courageux, ce qui leur manque très souvent. Mais également de développer de bonnes attitudes. ‘’Le chef de l’Etat m’a confié la Décentralisation, c’est pour que je fasse partie de votre succès, de votre réussite. Vous les leaders, développez le dialogue et le consensus‘’, a laissé entendre le Ministre d’Etat, insistant par ricochet que le bon leader doit être organisé et impérativement se faire bien entouré par des personnes véritablement compétentes et qui voient loin, plutôt que celles qui le tire vers les antivaleurs. ‘’Ne faites pas de la complaisance, le pays vous a tout donné. Vous avez rendez-vous avec l’histoire, alors il faut l’assumer‘’.



Focus sur l’appropriation effective de la Décentralisation

Retenons que les dix commissions de ce 2ème Forum National sur le processus de mise en œuvre de la Décentralisation en RDC ont axé l’essentiel de leurs activités sur des questions majeures de l’état des lieux de cette démarche. En fait, les participants se sont interrogés sur les failles constatées autour de l’appropriation effective de ce processus, sur l’effectivité des compétences et ressources transférées, les difficultés quant à l’optimisation du renforcement des capacités ainsi que la problématique de la tenue des élections provinciales, urbaines, municipales et locales.



Ils ont été préoccupés par l’état des lieux des outils de planification, celui du fonctionnement de deux institutions provinciales et du rapport de coordination entre l’Etat central et les Provinces et entre ces dernières et les Entités Territoriales Décentralisées, sans compter le financement des ressources et du financement de la décentralisation.

Pour le Premier ministre, ‘’l’intérêt que les participants ont manifesté à ce Forum est d’autant plus justifié car la question de développement qui était au centre de cette rencontre est le fondement de toute notre existence en tant que citoyen. Nous avons tous suivi que la décentralisation, une fois bien appliquée, conduit inéluctablement au développent‘’.

Ces travaux de 4 jours placés sous le thème : «Evaluation de la mise en œuvre de la Décentralisation, 13 ans après», ont débouché sur quelques recommandations spécifiques.

Il s’agit de l’appropriation effective de la Décentralisation par les ETD (Entités Territoriales Décentralisées), le transfert des compétences, le renforcement des capacités des ETD, le développement des outils de planification et de gestion de la Décentralisation, l’évaluation de l’état des lieux du développement provincial et local ainsi que l’organisation des élections municipales, urbaines et locales.

Les commissions ont également ressorti le respect et l’application des textes législatifs réglementaires en matière de décentralisation, le renforcement des capacités des acteurs clés de la décentralisation et l’application d’un budget conséquent en la matière.

Toujours en termes de recommandations, il a mis en exergue le renforcement de campagne de sensibilisation et de vulgarisation des textes législatifs et réglementaires, l’intégration des notions de décentralisation dans les programmes d’enseignement primaire et secondaire, mais aussi l’actualisation de la stratégie nationale de communication sociale en tenant compte des minorités, c’est-à-dire, les peuples autochtones et population vulnérable.

Il sied de signaler que les participants ont dédié la journée du 11 décembre de chaque année à la décentralisation en RDC. Et, donc le 11 décembre 2021 ils se retrouveront tous à Lubumbashi pour une prochaine évaluation. C’est déjà un mouvement de décentralisation lancé qui, pour le Ministre de tutelle, doit embraser tout le pays.

Satisfaire les besoins sociaux de base

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, avant de déclaré clos ces travaux, a rassuré les participants de l’engagement de son gouvernement à mettre en œuvre toutes les recommandations formulées et surtout l’activation de la caisse nationale de péréquation pour satisfaire les besoins sociaux de base. L’objectif de cette dynamique est de développer la RDC à partir de la base, conformément au programme d’action du gouvernement. Aussi, a-t-il invité les responsables à tous les niveaux, chacun en ce qui le concerne, de faire en sorte que la décentralisation se vive au quotidien dans leurs sphères d’activité.

A cet effet, la population est appelée à accompagner ses dirigeants dans la quête de cette bataille contre le sous-développement. Il n’y a pas les acteurs d’un côté et les spectateurs de l’autre. Le pari de développement nous concerne tous, avance le chef du gouvernement. ‘’Le financement de la Décentralisation sera au cœur de mon action. C’est pourquoi, je vais demander au Gouvernement de la République d’envisager au cours des prochains exercices des voies et moyens de relever le budget de ce secteur qui me parait très vital‘’, a-t-il rassuré.



Pour cela, ‘’nous devons cultiver le civisme fiscal en payant ce que chacun doit à l’Etat. Les impôts et taxes que nous avons rendus désuets doivent revenir à la surface‘’.

Appel au respect du cadre tracé par la Constitution

Le Premier ministre et le Ministre de la Décentralisation ont, tous les deux, martelé sur la situation qui prévaut au sein des institutions provinciales dont la plupart s’illustre dans un théâtre désolant, outrageant les textes règlementaires de leurs structures respectives. A eux, le niveau de compétence est extrêmement recommandé.

‘’Le contrôle de l’action du Gouvernement provincial par l’Assemblée provinciale doit se faire dans le cadre tracé par la constitution et la loi portant principes fondamentaux de la libre administration des provinces‘’, souligne Sylvestre Ilunga.

Aussi, poursuit-il, sans contrarier les prérogatives de contrôle parlementaire, chaque fois que certaines circonstances particulières l’exigeront, dans l’intérêt supérieur de la population qui vous a donné mandat, je vous conseillerai vivement de privilégier la concertation. ‘’En agissant de la sorte, croyez-moi, les rapports entre les deux institutions provinciales, à savoir l’Assemblée provinciale et le Gouvernement provincial ne seront que de plus cordiaux‘’.

Le Procureur Général près la Cour constitutionnelle, le Représentant du Premier Président de la Cour de Cassation, les Députés Nationaux et Sénateurs, les membres du Gouvernement ainsi que les Membres des Assemblées et Exécutifs Provinciaux ont pris part la cérémonie de clôture de ces assises.

La Pros.

LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top