Liens commerciaux

0
Le vendredi 24 janvier dernier, une autorité politique du pays a présidé une réunion secrète, au détriment du secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie(PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary. Tout a eu l’air d’un « complot politique » contre ce proche de l’ex-président congolais Joseph Kabila, « visant à l’humilier dans l’affaire d’une parcelle dument acquise », alerte son entourage.

Dans les faits, détaille un de ses proches, le stratagème consiste à « déposséder la députée Wivine Paipo, son épouse, de la parcelle qu’elle occupe en bonne et due forme, parcelle située au n°6 de l’avenue des Orangers, dans la commune de la Gombe ». Au nord de Kinshasa.



Qui poursuit, « alors qu’en 2016, cette parcelle était semblable à un logis des chauves-souris, l’honorable Wivine Paipo avait entrepris, sur fonds propres, les travaux de la réfection totale de la parcelle jusqu’à dépasser la valeur vénale de celle-ci. En effet, toute la procédure avait été suivie en commençant par la demande et l’obtention d’un arrêté de désaffectation d’une maison inhabitée et délabrée jusqu’à l’obtention du certificat d’enregistrement qui fait d’elle propriétaire. »

L’Arrêté du Ministre n°031/CAB/MIN-HU/2018 du 22 Août 2018, portant désaffectation et cession d’un immeuble du domaine privé de l’État dans la ville province de Kinshasa, publié dans le journal officiel n°18 du 15 Septembre 2019, à la page 123, ainsi que le certificat d’enregistrement vol AGL551 folio 39, documents qui ont été délivrés à la députée Paipo, tel que l’État le fait souvent pour son patrimoine immobilier, consultés par votre rédaction, soutiennent l’argumentaire de ce proche de Ramazani Shadary.



Au cours de la réunion fermée susmentionnée, qui s’est tenue dans les heures qui ont suivi la 18ème réunion du conseil des ministres, l’idée d’un déguerpissement forcé à l’encontre de Ramazani Shadary a jailli. Ce, pour des raisons purement politiciennes, entre autres le dossier de la société minière Gécamines que l’ancien candidat à la présidence de la République porte à cœur.

« Le PPRD, première force politique du pays, avec ses militantes et militants derrière, promettent de ne pas se laisser faire dans cette situation. Et par conséquent, le PPRD demande au vice-premier ministre, ministre de la justice à faire respecter la loi quant à la procédure en la matière. Car, lorsqu’un propriétaire dispose d’un certificat d’enregistrement, seule une décision judiciaire peut trancher », a conclu un cadre du parti de Joseph Kabila.

Le vendredi 24 janvier dernier, une autorité politique du pays a présidé une réunion secrète, au détriment du secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie(PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary. Tout a eu l’air d’un « complot politique » contre ce proche de l’ex-président congolais Joseph Kabila, « visant à l’humilier dans l’affaire d’une parcelle dument acquise », alerte son entourage.

Dans les faits, détaille un de ses proches, le stratagème consiste à « déposséder la députée Wivine Paipo, son épouse, de la parcelle qu’elle occupe en bonne et due forme, parcelle située au n°6 de l’avenue des Orangers, dans la commune de la Gombe ». Au nord de Kinshasa.



Qui poursuit, « alors qu’en 2016, cette parcelle était semblable à un logis des chauves-souris, l’honorable Wivine Paipo avait entrepris, sur fonds propres, les travaux de la réfection totale de la parcelle jusqu’à dépasser la valeur vénale de celle-ci. En effet, toute la procédure avait été suivie en commençant par la demande et l’obtention d’un arrêté de désaffectation d’une maison inhabitée et délabrée jusqu’à l’obtention du certificat d’enregistrement qui fait d’elle propriétaire. »

L’Arrêté du Ministre n°031/CAB/MIN-HU/2018 du 22 Août 2018, portant désaffectation et cession d’un immeuble du domaine privé de l’État dans la ville province de Kinshasa, publié dans le journal officiel n°18 du 15 Septembre 2019, à la page 123, ainsi que le certificat d’enregistrement vol AGL551 folio 39, documents qui ont été délivrés à la députée Paipo, tel que l’État le fait souvent pour son patrimoine immobilier, consultés par votre rédaction, soutiennent l’argumentaire de ce proche de Ramazani Shadary.



Au cours de la réunion fermée susmentionnée, qui s’est tenue dans les heures qui ont suivi la 18ème réunion du conseil des ministres, l’idée d’un déguerpissement forcé à l’encontre de Ramazani Shadary a jailli. Ce, pour des raisons purement politiciennes, entre autres le dossier de la société minière Gécamines que l’ancien candidat à la présidence de la République porte à cœur.

« Le PPRD, première force politique du pays, avec ses militantes et militants derrière, promettent de ne pas se laisser faire dans cette situation. Et par conséquent, le PPRD demande au vice-premier ministre, ministre de la justice à faire respecter la loi quant à la procédure en la matière. Car, lorsqu’un propriétaire dispose d’un certificat d’enregistrement, seule une décision judiciaire peut trancher », a conclu un cadre du parti de Joseph Kabila.

Le vendredi 24 janvier dernier, une autorité politique du pays a présidé une réunion secrète, au détriment du secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie(PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary. Tout a eu l’air d’un « complot politique » contre ce proche de l’ex-président congolais Joseph Kabila, « visant à l’humilier dans l’affaire d’une parcelle dument acquise », alerte son entourage.

Dans les faits, détaille un de ses proches, le stratagème consiste à « déposséder la députée Wivine Paipo, son épouse, de la parcelle qu’elle occupe en bonne et due forme, parcelle située au n°6 de l’avenue des Orangers, dans la commune de la Gombe ». Au nord de Kinshasa.



Qui poursuit, « alors qu’en 2016, cette parcelle était semblable à un logis des chauves-souris, l’honorable Wivine Paipo avait entrepris, sur fonds propres, les travaux de la réfection totale de la parcelle jusqu’à dépasser la valeur vénale de celle-ci. En effet, toute la procédure avait été suivie en commençant par la demande et l’obtention d’un arrêté de désaffectation d’une maison inhabitée et délabrée jusqu’à l’obtention du certificat d’enregistrement qui fait d’elle propriétaire. »

L’Arrêté du Ministre n°031/CAB/MIN-HU/2018 du 22 Août 2018, portant désaffectation et cession d’un immeuble du domaine privé de l’État dans la ville province de Kinshasa, publié dans le journal officiel n°18 du 15 Septembre 2019, à la page 123, ainsi que le certificat d’enregistrement vol AGL551 folio 39, documents qui ont été délivrés à la députée Paipo, tel que l’État le fait souvent pour son patrimoine immobilier, consultés par votre rédaction, soutiennent l’argumentaire de ce proche de Ramazani Shadary.



Au cours de la réunion fermée susmentionnée, qui s’est tenue dans les heures qui ont suivi la 18ème réunion du conseil des ministres, l’idée d’un déguerpissement forcé à l’encontre de Ramazani Shadary a jailli. Ce, pour des raisons purement politiciennes, entre autres le dossier de la société minière Gécamines que l’ancien candidat à la présidence de la République porte à cœur.

« Le PPRD, première force politique du pays, avec ses militantes et militants derrière, promettent de ne pas se laisser faire dans cette situation. Et par conséquent, le PPRD demande au vice-premier ministre, ministre de la justice à faire respecter la loi quant à la procédure en la matière. Car, lorsqu’un propriétaire dispose d’un certificat d’enregistrement, seule une décision judiciaire peut trancher », a conclu un cadre du parti de Joseph Kabila.
Grevisse Tekilazaya
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top