Liens commerciaux

0
Martin Fayulu donne à nouveau de la voix. Dans une vidéo diffusée le vendredi 21 février sur les réseaux sociaux, le leader de LAMUKA dénonce les « détournements à répétition en RD Congo ». Il revient également sur le budget 2020 voté par le Parlement et promulgué par le Président de la République, Félix Tshisekedi. Fayulu juge ce budget de « mensonge » au regard du Plan de trésorerie publié par le ministère des Finances.
«Au nom du peuple, j’exige que la lumière soit faite sur toutes les affaires ténébreuses notamment le dossier Bukanga Lonzo qui semble être la plus grosse escroquerie d’Etat depuis la zaïrianisation. L’affaire de 15 millions USD de décote sur la créance des sociétés pétrolières qualifiée de retro-commission, l’affaire 200 millions USD, la gestion de 6 milliards USD du contrat chinois, la gestion du projet hydroélectrique de Busanga dans la province de Lualaba particulièrement sur le prêt de 328 millions USD accordés au gouvernement de la RDC par le groupement d’entreprises chinoises et le rôle de l’entreprise privée Congo Management dans ledit projet », déclare le leader de la Dynamique pour la Vérité des Urnes dans cette vidéo qui circule sur la Toile.
Ce n’est pas tout. Martin Fayulu, toujours dans le même élément, juge le budget 2020 « d’un gros mensonge et d’un deuxième crime contre l’avenir de la République Démocratique du Congo ». Il le dit à la suite de la publication du Plan de trésorerie par le ministère des Finances.
Le porte-étendard de Lamuka s’est dit consterné de constater l’incapacité de mobilisation des recettes du gouvernement actuel alors que la RDC est une Nation dotée de richesses capables de faire d’elle, l’une des économies prospères de l’Afrique et pourquoi pas du monde.
Fayulu ne va pas loin pour désigner les responsables de cette situation. A ses yeux ce sont « les tenants du pouvoir actuel regroupés dans la coalition».
Le président du parti «Engagement pour la Citoyenneté et le Développement, Ecidé », ne s’explique pas que l’Etat congolais, avec toutes les ressources dont regorge le pays, est incapable de générer 10 milliards de dollars. Pour lui, la RDC a tout ce qu’il faut pour être une économie productive, prospère, créatrice des richesses et d’emplois.
Martin Fayulu impute cette situation à la « corruption et au pillage organisé ».
«Mais ce qui tue notre pays sur le plan de la gouvernance, c’est le cancer de la corruption et du pillage des deniers publiques», a-t-il fait remarquer.
La sortie de Martin Fayulu survient après la publication du plan de trésorerie par le ministère des Finances démontrant l’incapacité de la RDC à mobiliser le montant de 10 milliard de USD retenu dans la loi des finances pour l’exercice 2020 votée au parlement et promulguée par le président de la République.
Le président de l’ECIDé trouve les causes de la faible mobilisation des recettes dans le coulage des recettes par de détournements devenus récurrents en RDC.
A noter cependant qu’au cours d’une conférence de presse conjointe, le 19 février courant, Jean Marie Bamporiki et Vincent Ngonga Nzinga, respectivement directeur de cabinet du Vice-Premier ministre et ministre du Budget (Jean Baudoin Mayo) et directeur de cabinet du ministre des Finances, (José SeleYalaghuli) avaient apporté des précisions pour dissiper la confusion née dans l’opinion après la publication du plan de trésorerie par le ministère des Finances.
Les deux orateurs soulignent que le budget n’a jamais été revu à la baisse. Pour sa révision à la hausse ou à la baisse, il faut une loi au Parlement, indiquent-ils, en insistant sur le fait qu’il ne faut pas confondre un plan de trésorerie et une loi des finances. Le premier est révisable et ajustable à tout moment en fonction de la conjoncture économique et financière (bonne ou mauvaise) alors que le second ne peut être modifié que par une loi modificative du parlement. Eric WEMBA
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top