Liens commerciaux

0
* «Le Gouvernement est parfaitement de bonne foi. Il est indiqué que les magistrats puissent reprendre le chemin des juridictions et de leurs offices. Lorsqu'il y aura des moyens adéquats, des solutions seront apportées», rassure le VPM Tunda ya Kasende.
On ne serait plus très loin de la fumée blanche dans les négociations entre le Gouvernement et les magistrats. C'est du moins ce que renseignent certains signaux. Après plusieurs réunions avec les hauts responsables de l'Etat, les syndicats des magistrats annoncent la tenue d'une assemblée générale ce lundi 24 février pour décider de la levée ou non de la grève qu'ils observent depuis deux semaines déjà. Ils l'ont fait savoir au terme d'une réunion présidée hier dimanche 23 février par le Vice-Premier ministre de la Justice et garde des sceaux, Célestin Tunda Ya Kasende.
Certains délégués syndicaux abordés au sortir de cette réunion affirment que cette assemblée générale sera l'occasion pour eux de rendre compte à leurs collègues des engagements et des décisions concrets pris par la partie gouvernementale dans l'intérêt de la Justice congolaise.
Ils confient qu'il y a beaucoup de chance que la grève lancée depuis le 10 février, et qui paralyse considérablement la bonne administration de la justice, soit levée au cours de cette Assemblée générale qui se tiendra en début d'après-midi au Palais de justice de Kinshasa.
VIVEMENT LA LEVEE DE LA GREVE
"Nous venons d'avoir une réunion avec le VPM à la Justice, le bureau du Conseil supérieur de la magistrature, le représentant de la présidence de la République. Les échanges se sont bien déroulés. Nous réservons la primeur du contenu aux magistrats qui le sauront au cours de l'Assemblée générale de ce lundi", a déclaré Edmond Isofa Nkanga, président du Syndicat autonome des magistrats.
Durant plus d'une heure, la partie gouvernementale, constituée du VPM Tunda Ya Kasende, du président intérimaire du Conseil supérieur de la magistrature, le professeur Vunduawe Te Pemako et du directeur de cabinet adjoint du Chef de l'Etat, Désiré Eberande Kolongele, a présenté aux délégués des magistrats les réponses aussi concrètes que réalistes de l'Etat congolais à leurs revendications.
Certaines indiscrétions donnent à penser que l'Exécutif national et les syndicats des magistrats ont finalement réussi à trouver un terrain d'entente. C'est du moins ce à quoi nombre de Congolais s'attendent, au regard de l'incidence de cette grève sur des dossiers judiciaires pendants dans les cours et tribunaux sur l'ensemble du pays.
LES CHOSES EVOLUENT DANS LA BONNE DIRECTION
" Les choses évoluent dans la bonne direction. Les magistrats grévistes ont eu des contacts avec les hauts responsables de l'Etat au niveau du Gouvernement et du Conseil supérieur de la magistrature. Leur message est compris. Il appartient à leurs délégués syndicaux maintenant de rendre compte à leurs collègues, à leurs bases", a indiqué le professeur Vunduawe Te Pemako.
Cette réunion avec les délégués syndicaux des magistrats intervient un jour après la séance de travail convoquée samedi 22 février par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.
A la fin de cette rencontre, le VPM Célestin Tunda a exhorté les magistrats à reprendre le travail en attendant que le Gouvernement trouve les moyens de répondre efficacement à leurs revendications.
Le numéro un de la Justice congolaise a, par ailleurs, rassuré les magistrats de la bonne foi du Gouvernement et les a appelés à faire confiance aux institutions du pays qui se battent effectivement pour trouver des solutions à leurs problèmes.
LE GOUVERNEMENT EST PARFAITEMENT DE BONNE FOI
"Nous estimons qu'il est vraiment indiqué que les magistrats puissent reprendre le chemin des juridictions et de leurs offices. Le gouvernement est parfaitement de bonne foi. Il n'y a personne, en commençant par le Président de la République, le Premier ministre et nous-mêmes qui s'abstiendrait d’apporter de bonnes conditions aux magistrats. Nous sommes en train d'y travailler. Lorsqu'il y aura des moyens adéquats, des solutions seront apportées", a-t-il rassuré.
L'amélioration des conditions de vie et de travail des magistrats figure parmi les axes centraux de la Gouvernance du VPM Célestin Tunda Ya Kasende. Il croit dur comme fer que la matérialisation de la vision du chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, celle de bâtir un véritable Etat de droit en RDC, passe surtout par la réhabilitation de l'ensemble du personnel de la Justice.
Les magistrats congolais observent leur mouvement de grève depuis le lundi 10 février courant. Ils réclament l'amélioration de leur traitement salarial et le respect des textes de loi dans le prélèvement de l'impôt professionnel sur revenu (IPR) dans leur rémunération. Orly-Darel NGIAMBUKULU
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top