Liens commerciaux

0
Samedi 15 février au stade des Martyrs, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), aile Tshisekedi, a célébré un double événement. A savoir, le 38ème anniversaire de la création du parti par les 13 parlementaires et leurs compagnons en 1982 et l'an 1 de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, fils né des entrailles de l'UDPS, au sommet de l'Etat.
Devant les combattants et cadres du parti, mais aussi des alliés, le président a.i de l'UDPS n'a pas fait mystère des ambitions, du reste légitimes, de sa formation politique de conserver ce pouvoir. " Notre combat doit se poursuivre. Nous devons protéger et conserver par tous les moyens légaux la moindre parcelle de pouvoir déjà conquise en ce jour. L'UDPS est au pouvoir aujourd'hui, demain et éternellement… C'est aussi notre vocation en tant que parti politique pour l'intérêt de notre peuple ", a déclaré le président intérimaire de l'UDPS, Jean-Marc Kabund.
Celui-ci ajoute : " Notre mission, laquelle est en même temps notre devoir, c'est d'instaurer un autre système politique, celui rendant effectif l'Etat de droit, socle du développement par excellence ". Et par conséquent, rappelle avec insistance le président intérimaire de l'UDPS, " notre option pour le peuple d'abord demeure à ce jour non négociable parce qu'il faut donner à ce peuple du travail, une justice équitable, des soins de santé et une formation adéquate ".
Jean-Marc Kabund a aussi appelé les militants de son parti à la vigilance. " En tant que citoyens de ce pays, nous devons pleinement jouer notre rôle de sentinelle de la vision du Président de la République", a-t-il exhorté. Ce n'est pas tout. Kabund convie aussi les militants et cadres du parti " à aider le chef de l'Etat à réussir son quinquennat ".
C'est dans cet ordre d'idées que parlant des sauts-de-mouton dont la lenteur dans l'exécution des travaux saute aux yeux, Kabund a sans atermoiements appelé à la démission de toute personne impliquée dans le détournement présumé de fonds alloués à ces travaux.
" Que la justice se saisisse de ce dossier et que les responsabilités soient établies. Mais en attendant, l'UDPS exige la démission de toute personne quel que soit son rang, citée ou sur qui repose un soupçon dans le cadre de travaux des 100 jours ", a déclaré le président intérimaire de l'UDPS, mettant une douce pression sur les nouveaux promus dans la magistrature.
" Jamais nous n'accepterons une justice à double ou triple vitesse ; celle des riches contre les pauvres; celle des étrangers contre les nationaux et celle des puissants contre les faibles ", déclare Kabund.
Selon le numéro 1 de l'UDPS, les 100 jours de FATSHI font l'objet d'un scandale qui révolte. Des contradictions au sujet des travaux et du financement des sauts-de-mouton avaient amené le parti présidentiel et ses alliés à improviser une visite sur les sites de ces ouvrages.
FETE SANS LES TSHITSHI
Samedi 15 février, la fête était belle au stade des Martyrs devant des militants surexcités. Seul bémol, aucun membre de la famille d'Etienne Tshisekedi, leader historique et charismatique de ce parti, n'a pris part à cet événement.
En l'absence de FATSHI, Jean-Marc Kabund et Augustin Kabuya étaient les super stars…
Lire ci-dessous, le texte intégral de l'adresse de Jean-Marc Kabund. Didier KEBONGO
DISCOURS DU PRESIDENT a.i LORS DU 38ème ANNIVERSAIRE DE L'UDPS AU STADE DES MARTYRS
Monsieur le Secrétaire Général ;
Distinguées lnvité(e)s ;
Combattantes et Combattants ;
Cher(e)s Ami(e)s
En ce jour de grande célébration du 38ème anniversaire de notre cher parti, je joins ma voix à celle de l'ensemble des membres de sa présidence pour saluer chacun et chacune d'entre vous ici présents.
Au-delà de vous, je salue également aussi chaleureusement qu'amicalement les Combattantes et Combattants qui, pour diverses raisons, n'ont pas réussi à gagner ce lieu afin de communier avec nous.
Où que vous soyez en ce moment, au pays comme à l'étranger, je saisis l'occasion pour vous souhaiter un joyeux anniversaire et exprimer l'entière satisfaction de la présidence du parti.
En effet, depuis l'annonce de ta disparition de notre grand leader, j'ai nommé feu Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d'heureuse mémoire, vous vous montrez dignes et exemplaires.
Ensemble, nous avons traversé des moments très difficiles, semés d'embûches et de trahisons, mais jamais, au grand jamais, vous n'avez failli ni trahi le parti. Mieux, vous avez été non seulement vigilants mais aussi un soutien nécessaire quand le parti en avait le plus besoin.
Sincèrement, je vous dis encore un grand merci.
Aujourd'hui, votre présence massive en ce lieu, votre enthousiasme et votre endurance sont la preuve qu'ensemble nous constituons une force politique incontournable.
C'est aussi la preuve que vous êtes les meilleurs.
Vous êtes les meilleurs parce que ni la durée, ni la cruauté du combat n'ont émoussé votre détermination.
Vous êtes les meilleurs parce que vous êtes le symbole de la résistance d'un peuple en quête de son bien-être.
Vous êtes les meilleurs parce qu'au fil des années, quand bien même l'élite avait montré les signes de faillite et du découragement, vous avez gardé haut le flambeau de la lutte pour la démocratie et l'Etat de droit.
Vous êtes les meilleurs parce que, vivant dans un monde de soumission, vous avez échappé au piège de la résignation.
Aujourd'hui, plus qu'hier, vous êtes le fer de lance d'une génération déterminée et mobilisée pour une cause noble.
Votre bravoure légendaire force l'admiration des uns et provoque l'effroi des autres. Vous êtes pour l'UDPS, ce qu'a été la jeunesse de l'A.N.C durant l'Apartheid en Afrique du Sud.
C'est enfin grâce à vous, Combattantes et Combattants de la liberté, que nous célébrons aujourd'hui, en ce lieu mythique et symbolique de la 2eme République, notre 38ème anniversaire et l'an un de notre accession à la magistrature suprême. Mieux que quiconque, vous êtes tes véritables gardiens du temple.
C'est pourquoi, soyez fiers et dignes d'avoir hérité des pères fondateurs ce combat que nous prenons ici l'engagement de continuer jusqu'à la victoire totale. Je suis d'autant plus ému que j'imagine le sentiment de fierté qu'auraient éprouvé en ce moment précis nos pères fondateurs ainsi que nos martyrs.
Aussi, au nom de tous les membres de la présidence du parti, puis-je vous inviter à vous lever et à observer une minute de silence en leur mémoire. Merci.
Comme je l'ai évoqué ci-haut, la victoire que nous avons célébrée ensemble l'an passé, en raison de l'avènement au pouvoir du Président de la République, n'a pas été totale.
Face à cette réalité, le combat, notre combat, doit se poursuivre. En même temps, nous devons protéger et conserver, par tous les moyens légaux, la moindre parcelle de pouvoir déjà conquise à ce jour. En effet, l'UDPS restera au pouvoir aujourd'hui, demain et éternellement.
Telle est la vocation de tout parti politique, telle est aussi la nôtre pour l'intérêt de notre peuple.
Combattantes et Combattants,
II nous revient que des gens, frappés d'amnésie, font souvent preuve de manque de considération à l'égard de notre parti.
Parce que nous ne valorisons pas assez notre parcours exceptionnel. Parce que nous dormons souvent sur nos lauriers.
Nous avons l'obligation de rappeler à quiconque certains faits politiques et historiques de notre pays, à travers lesquels l'UDPS a acquis ses lettres de noblesse. Il fut un temps où, dans ce pays, personne n'osait lever son petit doigt pour braver la dictature.
Nous avons, nous, fait de la résistance !
Nous sommes les descendants des 13 parlementaires.
En tant que fils spirituels, nous avons hérité d'un passé héroïque.
En tant que famille politique, nous avons une histoire glorieuse et qui mérite dorénavant que chacun de nous en fasse la promotion.
C'est ça notre devoir à l'égard de nos pères fondateurs.
Mais aussi à l'égard de nouvelles générations de Congolais qui méconnaissent totalement l'importance et la profondeur de notre lutte pour la liberté d'expression, le multipartisme et le pluralisme syndical.
Nous avons le devoir d'éduquer, de former et d'informer.
A travers le Président de la République, l'UDPS a accepté de passer outre les humiliations et les sacrifices d'hier afin de permettre à ce pays d'avancer.
Dans ces conditions, notre grandeur d'âme, laquelle témoigne aussi de notre état d'esprit, constitue l'unique gage que l'Udps donne pour bâtir au cœur de l'Afrique une société plus juste et plus prospère, conformément à la vision de nos pères fondateurs.
Notre mission, laquelle est en même temps notre devoir, c'est d'instaurer un autre système politique, celui rendant effectif l'Etat de droit, socle du développement par excellence.
Nous sommes de la lignée politique d'Etienne Tshisekedi wa Mulumba, notre héros, paix à son âme.
Par conséquent, notre option pour " le peuple d'abord " demeure à ce jour non négociable parce qu'il faut donner à ce peuple du travail, une justice équitable, des soins de santé et une formation adéquate.
Le Chef de l'Etat a décrété cette année comme étant celle de l'action.
Pour y donner suite, nous n'avons autre alternative que d'y veiller de la manière la plus stricte mais correcte possible, notamment à travers une vigilance tous azimuts.
En tant que citoyens de ce pays, nous devons pleinement jouer notre rôle de sentinelle de la vision du Président de la République.
Il est vrai que les élus doivent relayer vos préoccupations auprès de différents organes exécutifs.
Il est aussi vrai que vous devez, vous aussi, en tant que citoyens, constituer une espèce de garde-fou afin d'éviter toute compromission de la part des élus.
L'UDPS est un parti qui combat pour le présent et l'avenir de tout un peuple.
Ce peuple digne qui a donné, dans un passé récent, des hommes et femmes, grands et courageux, de la trempe de :
1. NGALULAPANDAJILA;
2. TSHISEKEDI WA MULUMBA;
3. MAKANDA MPINGA SHAMBUYI ;
4. KAPITA SHABANI ;
5. KYUNGU WA KUMWANZA ;
6. LUMBU MALOBA;
7. KANANA TSHIONGO;
8. LUSANGA NGIELE ;
9. KASALA KALAMBA ;
10. BIRINGANINE MUGARUKA ;
11. DIA ONKEN OMBEL ;
12. NGOY MUKENDI ;
13. MBOMBO LONA
qui décidèrent courageusement et au risque de leurs vies, de formaliser leurs revendications dans la fameuse lettre ayant défrayé la chronique ici comme ailleurs.
C'est le début d'une aventure à la fois excitante et périlleuse, laquelle débouchera, quelque temps après, sur la création, le 15 février 1982, de notre cher Parti.
Depuis, celui-ci est devenu, le porte étendard d'une lutte sans merci contre les systèmes de prédation et d'oppression.
Ainsi, l'UDPS est un grand parti héroïque qui a canalisé les aspirations de tout un peuple à la liberté d'expression, la démocratie et l'instauration d'un Etat de droit.
Ce combat n'aura pas été mené de manière désordonnée, ni anarchique, moins encore irréfléchie. Autrement, il aurait été vain.
Ce combat, nos pères fondateurs l'avaient, au fil des ans, pensé, structuré et orients dans un cadre bien défini.
L'UDPS est à la République démocratique du Congo, ce que l'A.N.C est à l'Afrique du Sud et le SWAPO à la Namibie.
Tous ces partis frères se sont également distingués par leur lutte pour la libération et l'émancipation de leurs peuples respectifs, avec comme spécificité pour l'UDPS ; la lutte à main nue et fa promotion de la non-violence. Oui, nous sommes un grand parti, vu notre histoire.
Il faut avoir vécu dans sa chaire les affres de la dictature pour comprendre ce qu'est-ce CUDPS, fl
Oui, nous sommes un grand parti en raison de notre idéologie.
En effet, ce ne sont pas des paroles en l'air. Mais c'est du vécu et de l'expérience dans la lutte.
La survie de l'UDPS ne dépend ni de la notoriété de son leadership, ni d'espèces sonnantes et trébuchantes.
L'UDPS, c'est d'abord une idéologie, laquelle sous-tend son action et sa vision. L'UDPS, c'est ensuite un état d'esprit qui anime chacun et fait de nous les fils spirituels de nos pères fondateurs.
L'UDPS, c'est enfin une capacité de résilience et d'adaptation au contexte du moment. Un parti dont le combat a transcendé la dimension physique, pour se révéler dans son aspect métaphysique.
Un parti à la dimension de notre pays qui a cristallisé, des années durant, l'espoir de tout un peuple de vivre le changement.
Ainsi, voici déjà un an que notre parti évolue dans un autre contexte que celui qui prévalait au moment de sa création.
C'est pourquoi, notre résistance aussi, je le dis avec force et conviction, doit s'adapter, muter et se transformer pour poursuivre ce combat jusqu'au bout.
Quelle que soit la forme la plus subtile que prendrait le système que nous combattions, nous allons livrer un combat au corps à corps.
A cet effet, je vous annonce d'ores et déjà que dans les jours à venir, l'UDPS devra se donner de nouveaux atouts pour sa survie.
Il nous faudra injecter une certaine fluidité, une bonne dose de réalisme dans notre mécanisme de fonctionnement.
Pour ce faire, je vous propose de mettre sur pied une grande commission chargée de jeter les bases d'une réflexion allant dans ce sens.
Mais en attendant ce moment et vu l'urgence à laquelle nous soumet la vie politique, nous sommes ici, Combattantes et Combattants, mesdames et messieurs, pour renforcer notre cohésion au sein du Parti.
Nos adversaires, n'ayant en leur sein aucune culture démocratique et ignorant tout de nos codes de fonctionnement, misent toujours sur nos petites querelles intestines révélées dans les médias pour manipuler et instrumentaliser les plus faibles d'entre nous.
Et à chaque fois, ils sont désillusionnés. Complètement bouleversés.
Même si les brebis galeuses ne manquent pas partout, mais à l'Udps nous partageons des valeurs et un état d'esprit qui nous protègent de toute tentative de déstabilisation externe.
Ceux d'entre nous qui ont joué aux petits malins en acceptant l'argent de la trahison pour torpiller nos efforts, ont pratiquement tous fini dans la poubelle de l'histoire du parti.
C'est ça le côté mystique de l'UDPS !
Certes, nous avons connu des moments de tension et de divergence d'opinion entre nous, fiEs maison.
Mais face à la mission qui nous attend, celle d'aider le Chef de l'Etat à réussir son quinquennat, ces divergences et tensions ne sont pas aussi fortes, ni aussi importantes que peut l'être notre union.
Alors, chers amis, je vous invite à l'unité et à la cohésion autour de notre vision. Combattantes et Combattants
Les 100 jours du Chef de l'Etat font l'objet d'un scandale qui révolte la conscience congolaise.
Des contradictions au sujet des travaux et du financement des " sauts-de-mouton " nous ont amenés à improviser une visite sur les sites de ces ouvrages.
Le constant est d'autant plus amer que la désolation fait froid au dos. En effet, tout porte à croire qu'il s'est réellement passé quelque chose d'anormal.
Raison pour laquelle, nous, l'LJDPS, appelons de tous nos vœux qu'une mission d'audit soit rapidement diligentée, que la justice se saisisse de ce dossier et que les responsabilités soient établies.
Mais en attendant, l'UDPS exige la démission de toute personne, quels que soit son rang et ses fonctions, citée ou sur qui repose une once de soupçon dans le cadre des travaux de 100 jours du Chef de l'Etat.
Cette démission aura pour avantage :
1. de permettre à la justice de faire sereinement son travail sans subir une quelconque influence ;
2. de permettre à la personne soupçonnée d'éventuellement préparer sa défense devant la justice ;
3. d'arrêter de déshonorer les institutions de la République.
Pour le reste, nous mettons en garde quiconque chercherait encore à torpiller la vision du Président de la République.
Combattantes et Combattants
Observez seulement la prouesse que vient de réaliser le président de la République en une année de pouvoir.
En effet, il a réussi non seulement à briser l'isolement de notre pays sur le plan international mais aussi à le faire réintégrer le concert des Nattons.
Fatshi est le deuxième président congolais élu à la tête de l'Union Africaine, 46 ans après feu Président Mobutu, paix à son âme.
Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres qui illustrent parfaitement le retour de la Rd Congo au niveau international.
Sur le plan interne, l'UDPS salue avec satisfaction les récentes nominations intervenues dans la magistrature.
Si nous félicitons les nouveaux promus, nous attirons cependant leur attention sur la nécessité de rendre une justice équitable pour tous, sans exception ni favoritisme.
Plus qu'une attente, c'est pour nous à la fois une conviction profonde et un combat.
Car, conformément à la maxime " la justice élève une nation ", l'UDPS a consacré les années de sa lutte pour un Etat de droit dont la justice constitue le principal pilier.
A ce titre, jamais nous n'accepterons une justice à double ou triple vitesse ; celle des riches contre les pauvres ; celle des étrangers contre les nationaux et celle des puissants contre les faibles.
Nous y veillerons, car il ne peut y avoir un Etat de droit que là où la Loi est plus forte que ceux qui veulent la violer.
Nos Lois ne peuvent en aucun cas être comme des toiles d'araignées qui n'attrapent que les mouches mais que les hirondelles rompent aisément.
Nous attendons de notre appareil judiciaire une lutte acharnée contre la corruption et les détournements des deniers publics, car il ne peut y avoir de développement, ni de la justice sociale si ces antivaleurs sont érigées en mode de gestion.
Le Chef de l'Etat est occupé à honorer son engagement à rétablir la paix à l'Est. A cet effet, nous saluons la bravoure des FARDC qui font un travail appréciable depuis son offensive contre les forces négatives.
Toutefois, l'UDPS note avec amertume la complicité de certains compatriotes, politiciens comme militaires tapis dans l'ombre, qui tirent profit de cette situation.
C'est pourquoi, nous appelons la justice militaire à se saisir de ce dossier afin de mener des enquêtes au sujet des quelque noms qui circulent déjà à ce sujet.
Pour ce qui nous concerne, l'UDPS est conscient d'avoir hérité d'un pays complètement déstructuré.
Notre tâche est d'autant plus énorme qu'elle exige de nous beaucoup d'énergie. Alors, chers amis, les esprits de nos pères fondateurs nous regardent et scrutent chacun de nos faits et gestes.
Ressaisissons-nous et tenons-nous la main dans la main
Quant à moi, je resterai toujours disposé à accepter toute initiative ou proposition pour le bien du parti ainsi que pour la réalisation de notre vision.
A tous et à toutes, je vous souhaite de sages réjouissances en ce jour de notre fête d'anniversaire. Joyeuse fête à vous!
Que vive la mémoire de nos pères fondateurs !
Que vive l'UDPS/TSHISEKEDI!
Plein succès au Président de la République !
Merci beaucoup !
Fait à Kinshasa, le 15/20/2020
Jean-Marc KABUND-A-KABUND Président ai
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top