Liens commerciaux

0

Comme un professeur d’Université, le Président a.i de l’UDPS et Premier Vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Jean-Marc KABUND a donné, de manière exceptionnelle, le cours de droit constitutionnel et politique à son collègue Président du Sénat, le sénateur Thambwe Muamba Alexis, au cours de l’émission face-à-face diffusée Dimanche soir sur la Radio au Top, Top Congo FM, et dont la rediffusion intervient ce lundi jusqu’à la mi-journée.

Son intervention, faite dans un contexte de réplique ou de mise au point aux propos de Thambwe Muamba sur le même média, était centrée sur 3 points fondamentaux, à savoir : la nécessité ou non de la convocation du Congrès Parlementaire, l’affaire Vital Kamerhe et la gestion de l’UDPS sous le régime du mandat Spécial.

Concernant le premier point, l’honorable Kabund a profondément regretté que son aîné du sénat ait refusé délibérément de dire la vérité concernant la réunion inter-institutionnelle du 23 Mars dernier au cours de laquelle le Président de la République, son excellence Félix TSHISEKEDI, avait réuni autour de lui le Président du Sénat, la Présidente de l’Assemblée nationale et le Premier ministre.








Au cours de cette réunion, il était bel et bien question de l’État d’urgence, car, le Chef de l’État était face aux responsables des institutions conformément à l’article 85 de la constitution, a-t-il fait savoir. Kabund a justifié sa présence dans cette réunion par le fait qu’il était déjà dans la salle, contrairement à Samy Badibanga qui était arrivé un peu en retard.

« Nous avons discuté autour de l’État d’urgence pour couvrir les mesures prises bien avant par le Chef de l’état pour contrer le Covid-19 dans le pays».

Dans la même logique, fait comprendre Kabund, les deux présidents du parlement, ayant validé le schéma du Président de la République concernant la mise en place d’un Etat d’urgence, ces derniers ont convoqué séparément les autres membres de leurs bureaux respectifs le 23 mars pour leur tenir informé de la volonté du Président de la République.

À l’en croire, le Congrès n’aura pas lieu car, d’après la constitution, le Chef de l’État n’en a pas fait la demande. L’État d’urgence ayant été déjà décrété par le Chef de l’État conformément à l’article 85 de la constitution que, malheureusement, Alexis Thambwe Muamba a refusé d’en parler au cours de sa sortie médiatique, pour Jean-Marc KABUND le vrai débat devait tourner autour de la prolongation ou non de cet état d’urgence dont le délai s’épuise ce 24 Avril, et non avoir un débat autour de la régularisation des actes du Président de la République.

2. Affaire KAMERHE :

Le Président Kabund a réitéré son appel aux cadres et militants de l’UDPS de pouvoir affiché une attitude de neutralité dans le dossier judiciaire de Vital Kamerhe, car, a-t-il soutenu, je refuse de faire un commentaire là-dessus car, Vital Kamerhe est notre allier et la justice est aussi la nôtre justice.



3. GESTION DE L’UDPS

Répondant aux questions de Christian Lusakueno à ce sujet, le Président Kabund a rappelé qu’aucune disposition du statut de l’UDPS interdit au Président Félix TSHISEKEDI de continuer à exercer son mandat de 5 ans obtenu à l’issue du Congrès du 30 Mars 2018, mais pour se conformer aux exigences de la constitution, le Président national de l’UDPS a émis un mandat Spécial pour assurer son intérim durant l’exercice de son pouvoir d’État.

« Ce mandat Spécial prouve que Félix TSHISEKEDI ne gère plus le parti comme en veut la constitution de notre pays», a soutenu le Président intérimaire de l’UDPS qui dit n’avoir pas complétement rompu les liens avec le groupe des cadres du parti qui le contestent. Mais, il a regretté le fait que certains cadres ont ramené le débat interne du parti sur la place publique.
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top