Liens commerciaux

0
Condamné après un procès public éminemment révélateur d'un complot ourdi contre le Président National de l'UNC et Directeur de Cabinet du PR Félix Tshisekedi, la victime expiatoire Vital Kamerhe, est toujours dans sa cellule à Makala, sérein, confiant en son innocence, sa justification et sa liberté prochaine.
On le sait déjà, on le confirme, l'arrestation, le jugement et la condamnation de l'intelligence politique congolaise est l'oeuvre du néocolonialisme occidental qui a reçu l'appui des mains fortes, des pieds et même des béquilles de nos compatriotes congolais impuissants face aux exigences des Maîtres du monde, et/ou des congolais protecteurs de leur "ego", de leur pouvoir et des biens matériels acquis dans les conditions pour les moins catholiques.

Blanchiment des dollars?

Dans l'histoire récente de la politique monétaire internationale, on notera que les Etats-unis n'ont jamais toléré d'assister impuissants, au trafic du dollar, aux transactions des masses d'argent en dollars, à travers des banques moins sures et non maitrisées, et surtout pas à travers les mains des individus suspectes dans ou vers les pays suspects. Le procès de Kamerhe n'etait pas le procès contre Kamerhe, mais plutôt celui des Mike Hammer contre Jamal, des Etats Unis contre la RDC. Depuis la mort de Laurent Désiré Kabila, les milieux libanais étaient sous la loupe. La loupe est devenue plus grande et plus puissante après l'attaque terroriste du 11 Septembre aux USA et les menaces grandissantes du Hezbollah. Les USA ont toujours suivi de près le système d'enrichissement illicite des individus sous l'ancien régime de Kabila fils, et surtout les réseaux libanais protegés par l'ancien régime ont été ciblés par les multinationales politisées et politiques américaines et israëliennes. Le Président Félix, lors de son accession à la magistrature suprême, a donné son quitus pour la traque du réseau et des éventuels potentiels financiers du terrorisme mondial. Et cela en échange de la protection de son pouvoir.

Jamal, première cible!

Plus de 10 millions des dollars, au Liban, à travers des mains, transactions et banques non contrôlées par la police mondiale, c'était grave. Très grave même. Les USA n'ont su ni la destination finale, moins encore l'utilisation ultime. Chat échaudé a toujours peur, même de l'eau froide. Jamal fut donc condamné avant même le début du procès. Mais la RDC qui a permis à Jamal d'acceder à cet argent, devrait aussi répondre de ses actes et tirer conséquence qu'on ne badine pas avec le pays et la monnaie de Trump.

Kamerhe, Kabila ou Tshisekedi?

Depuis les dernières élections, 3 grandes personnalités dirigaient la RDC. L' une d'elles devrait représenter le pays dans ce semblant de procès. Kabila en ligne de mire pour son éventuelle protection des réseaux, ou Tshisekedi pour son programme de 100 jours qui a enrichi des individus suspectés dans le financement du terrorisme, dont Jamal. Ces deux personnalités se seraient concertées et jugeraient opportun de livrer Kamerhe pour les représenter, avec espoir que lui, innocent et intelligent, se défendrait et s'en sortirait. Sans compter que VK était déjà recherché, pas par les Etats-Unis, mais plutôt par trois groupes aigris en RDC.

VK dans un trou des lions, crucifiez-le!

Lamuka, le 1er groupe, n'a jamais pardonné VK, cet homme politiquement habile et minitieusement stratégique. Son saut magique, avec Félix, de Génève à la présidence de la République en passant par Nairobi, reste gravé dans les annales haineuses des faucons katumbistes ou katumbisés. Katumbi et Lamuka n'oublièrent pas les millions des dollars dépensés dans le lobbying, depuis 2014, pour accéder au pouvoir. Volatilisés, consommés par les américains, les canadiens, les belges, les français et les anglais, pour que Katumbi ou un homme de son choix (ici Fayulu) dirige la RDC. Match perdu, la haine a pris place et les lobbying, par vengeance, ont appuyé le processus de condamnation de VK.

2è groupe: Le PPRD et le FCC, sous la main décidée de l'ancien VPM de la justice Tunda, ont bien préparé les ingrédients, la casserole, l'assiette et même les couvercles à utiliser pour manger du Kamerhe. Oubliant même qu'un caméleon, malgré ses faces et talents positifs tant vantés par Amadou Hampaté Bâ, a une chaire pleine de poison. Ils n'en mouront pas tous, mais tous seront contaminés. Les caciques du FCC d'abord. Ces gens qui n'ont jamais digéré leur absence dans la gestion au sommet de la Res Publica. Les Shadari, les Matata, les Mende, les Minaku, les Boshab et autres Tshibala et Bitakwira n'ont jamais pardonné VK d'avoir indirectement mis momentanément fin à leur règne dans un pays qu'ils ont conquis et dirigé de main de fer pendant plus de 15 ans. Voir VK condamné ou même tué par le COVID 19 à Makala, était et est leur prière vesperale.

Le 3è groupe, lui pas moins virulent et haineux, est celui de l'UDPS et des baluba. Pas tous. Mais surtout ceux venus en dizaine des milliers de la diaspora pour prendre le pouvoir et s'enrichir. Ces combattants qui pendant 10 ans avaient traité Kamerhe de rwandais, de Burundais, se rendent finalement compte qu'il est effectivement congolais, lorsqu'il dirige une campagne présidentielle réussie pour leur frère et ami Félix, et l'amene à la tête du pays. Vite ils se précipitent autour de Félix et de sa famille, espérant s'enrichir comme les mobutistes et les kabilistes, et payer ainsi des dettes contractées ces dernières 37 ans de stagnation. Ils avaient oublié que Félix et Kamerhe avaient décidé de mener une gestion orthodoxe afin de faire la différence. Tout d'un coup, nombreux de l'UDPS ne sont pas engagés et vadrouillent à Kin, pendant que d'autres se retrouvent à la présidence et dans les ministrères, mais toujours pauvres comme avant. Bouc émissaire: Kamerhe, et pas leur ministre des finances, Sele. La grogne monte, la polémique s'installe, et les accusations affluent contre Kamerhe. 15 millions et pourtant la vérité serait ailleurs... Empoisonement, pourtant le COVID19 les ravage parce qu'ils sont indisciplinés et non respectueux des mesures imposées par le Président de la République. Etc.
Le Procès fut donc le moyen idoine de se débarasser de la personne qui bloque, encombre, et se présente, selon l'accord de Nairobi, comme le prochain locataire de la plus haute institution du pays. Crucifiez-le, clamaient les talibans. A mort, rétorquait le conseiller Bilomba, au nom de tous les haineux.

Kamerhe innocenté!

Le procès terminé. Aucune preuve matérielle. Tout ce que VK a fait, il l'a fait au nom du Président, au nom de la RDC. Et comme dans un procès pénal les preuves de culpabilité doivent être clairement établies, VK reste innocent et innocenté par la loi et par les congolais qui ont compris l'engrenage, les enjeux, les intérêts des uns et des autres. Les USA ont atteint leur objectif, le FCC et le CACH ne se contentent plus de la confusion et la guerre qui s'installent à l'absence du Pacificateur. Ils sont fragilisés et cela profite à Bemba, à Katumbi. Lamuka a eu sa révanche, et les aigris de l'UDPS ne voient aucun espoir malgré l'absence de 3 mois de VK à côté de Félix. Kamerhe sera liberé après l'appel du 24 Juillet qui remet le compteur à zéro, ou alors en dernier ressort par la Cour constitutionnelle. Blanchi, libre, l'animal politique pourrait revenir sur la scène, pour essayer de pacifier le pays, lutter contre le terrorisme sans courber l'échine. Il aura entretemps appris que TROP BON, TROP COUILLANT, BON 2X, BONBON. Il sera peut être moins pacifiste, moins jouisseur de la vie, moins visible dans les cameras, parce que le monde est méchant et les hommes sont mauvais. Ils ont tué le juge YANI qui refusait d'exécuter un jugement injuste! Oubliant que la justice divine est extrêmement puissante et juste.

Par Jules Bahati


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top