0




La découverte macabre de cadavres jeté dans la rivière quelques jours après la marche du 09 juillet constitue un avertissement glaçant au sujet de la liberté d'expression en République Démocratique du Congo, a déclaré Thomas Fessy chercheur principal de Human Rights Watch au Congo.

Il sied de retenir que le 09 juillet dernier, des manifestations politique contre la validation par l'Assemblée Nationale du Président de la Ceni Ronsard Malonda dont plusieurs personnes ont été interpellés et des morts ont été enregistrés dans la capitale congolaise Kinshasa et à Lubumbashi.

 Le 12 juillet, le cadavre d'un homme âgé de 49 ans Dodo Ntumba a été retrouvé flottant sur la rivière à Lubumbashi, le jour suivant le cadavre des deux hommes tous âgés respectivement de 18 ans dont il s'agit de Mardoché Matanda et Héritier Mpiana retrouvé également dans la rivière.

Le 03 aout le corps de Danny Kalambayi, 29 ans a été retrouvé à la morgue.

Les résultats de l'autopsie révèlent que les corps de ces 4 personnes retrouvés dans la rivière présentaient des traces de coupure et de mutilation dont leurs morts ont été prémédités, car après leur interpellation, ils étaient détenus dans un bâtiment de la 22e région militaire dans le quartier Golf.

Human Rigths Watch appelle d'urgence le gouvernement congolais a une enquête rigoureuse et indépendante sur la mort de ces 4 membres du parti présidentiel.








Par Sangoyacongo

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top