0




L’Assemblée générale réunissant tous les syndicats de l’EPST de la RDC a pris fin ce mercredi peu avant midi. La réunion s’est tenue au campus de l’Université Catholique de Kinshasa, dans la commune de Limete. 

Les enseignants décident de ne pas reprendre les cours selon le calendrier réaménagé et communiqué par le ministre Willy Bakonga. Ils souhaitent que soit vidé au préalable leurs revendications dont la paie des enseignants appelés Nouvelles unités (NU).

Dans le rapport présenté en mai au gouvernement par le ministre Willy Bakonga, il ressort que 144.944 enseignants « NU » sont éligibles à l’intégration pour 10.906 établissements dans les listings du Service  de contrôle et de paie des enseignants (SECOPE). Les syndicalistes ne sont pas convaincus par ces chiffres, ils veulent que ce fichier leur soit remis pour audit. Ainsi, ils réclament que l’enquête qui a été annoncée soit diligenté au SECOPE.

Les syndicalistes veulent également que le gouvernement convoque la commission paritaire pour discuter du deuxième pallier de leurs salaires et des modalités de son exécution.

Cette assemblée générale a été convoquée par la présidente de l’Intersyndicale de l’EPST Cécile Tshiyombo. Elle a réuni une trentaine d’organisations syndicales. 

Le ministre Willy Bakonga avait dit mardi aux députés nationaux élus de Kinshasa qu’il n’y aura pas d’année blanche. Une réunion est prévue à ce propos ce jeudi entre les syndicalistes et le ministre. 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top