0

 




Alors qu’il est destitué par l’assemblée provinciale du Sankuru, Joseph Mukumadi, gouverneur de cette province du centre de la RDC, a été reçu le samedi 12 septembre 2020 par le secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, au siège du parti dans la commune de Limete, à Kinshasa. Joseph Mukumadi parle d’une visite de courtoisie.

Destitué par l’Assemblée provinciale et mis en accusation, Joseph-Stéphane Mukumadi s’estime encore de « plein droit », gouverneur de la province du Sankuru et déclare « s’en tenir à la Constitution car« , indique-t-il, « aucune condamnation a été prononcée à mon (endroit), si ce n’est le Parquet qui s’est saisi pour regarder s’il y a bien eu outrage« .

Alors que les députés provinciaux et autres personnalités de la province réclament son départ, il lance, sur TOP CONGO FM, que « ce n’est pas parce qu’on dit qu’il y a outrage, qu’il y a démission. Il faut bien que cet outrage soit prouvé et confirmé« .

C’est fin décembre 2019, que les députés provinciaux du Sankuru ont voté pour la destitution et la mise en accusation devant la Cour de cassation du gouverneur Joseph-Stephane Mukumadi, pour « outrage » à l’organe délibérant local, en raison du « deuxième refus » du Chef de l’exécutif provincial de leur présenter son discours programme et ainsi permettre l’investiture de son gouvernement formé 2 mois auparavant.

À la suite d’une action judiciaire initiée par Journaliste en danger (JED) à travers un cabine cats de Lodja, Joseph Stéphane Mukumadi et le Lieutenant-Colonel Kalala, un officier des Forces Armées de la RD Congo, sont convoqués par   l’Auditorat militaire supérieur de l’ex-province du Kasaï Oriental. Selon JED, les deux personnalités sont poursuivies pour torture des journalistes, atteintes aux droits garantis aux particuliers, coups et blessures aggravés et incitation des militaires à commettre des actes contraires aux devoirs et à la discipline.

Dans une déclaration faite à politico.cd, ce mardi 8 septembre 2020, le Ministre des Droits Humains, André Lite Asebea a salué la plainte de Journaliste en danger (JED) déposée contre le gouverneur de la province du Sankuru, Joseph-Stéphane Mukumadi.

« Monsieur Mukumadi, le gouverneur de la province du Sankuru allonge malheureusement, la liste de ceux des gouverneurs qui se distinguent dans la violation massive des droits de l’homme, en l’espèce la violation des droits de l’exercice de la liberté de la presse garantie par notre constitution », a confié André Lite.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top